Troubles sexuels masculins – Secrets De Geishaa
{{amount_with_comma_separator}}€ EUR

Votre panier

  • Livraisons en France sous 48h jours ouvrés après traitement de la commande. Livraison en Europe 72h ( colissimo ) livraisons partout dans le monde.
Troubles sexuels masculins

Troubles sexuels masculins

  • janvier 01, 2020
  • Posté par : Blog
  • 0commentaires

 

On parle de troubles sexuels chez l’homme principalement quand celui-ci ressent des difficultés à avoir un rapport sexuel en étant physiologiquement impacté durant l’échange charnel.

Dans cet impact physiologique, nous aborderons ici les différents troubles éjaculatoires, les troubles érectiles en expliquant pour chacun des cas de quoi il s’agit, quelles sont les causes et quelles sont les solutions éventuelles. En parallèle aux conseils que nous vous offrons ici, nous mettons à votre disposition un large choix de produits catégorie performance.


L’impuissance :

L’impuissance correspond à l’incapacité pour le pénis d’être en érection ou de se maintenir de manière prolongée en érection.

61 % des hommes déclarent avoir déjà vécu au cours de leur vie une dysfonction érectile, selon une étude de l’IFOP.

Pour que l’érection se produise, il faut que les corps caverneux se gorgent de sang. Le pénis est comme une éponge qui se gonfle par le sang et pour que cette opération ait lieu, le cerveau va agir pour permettre à la verge de se gorger de sang afin de donner lieu à une érection. Lorsqu’il y a dysfonction érectile, il y a dysfonction de ce processus.  

A quoi cela est-il dû ?

Les causes sont multiples, l’impuissance apparaît souvent avec l’âge, qui est corrélé à la maladie. La maladie, la fatigue, le stress, sont tous autant de facteurs pouvant expliquer l’impuissance. L’une des maladies entraînant le plus souvent une dysfonction érectile est le diabète qui touche énormément de personnes. Aussi, l’impuissance peut être due à une maladie vasculaire du pénis ou encore de l’hypertension.

Le tabagisme, l’alcool, la drogue, le surpoids, le manque d’exercice physique ainsi que certains problèmes liés à la prostate peuvent entraîner l’impuissance.   

Les causes psychologiques concernent le stress, la peur, les conflits, mais aussi une faible estime de soi, une peur de mal s’y prendre, une pression, un traumatisme antérieur, les difficultés liées au quotidien (travail, difficultés financières, mésentente au sein du couple), peuvent expliquer l’impuissance.

 

Les médicaments peuvent aussi, du fait de leurs effets secondaires, donner lieu à une dysfonction érectile. Et enfin une insuffisance hormonale au niveau de la testostérone peut expliquer l’impuissance.

Comment y remédier ?

Une intervention thérapeutique (sexologue, psychologue) peut aider pour les facteurs plus psychologiques. Il existe des médicaments qui peuvent aider également. Faire du sport peut aussi être grandement utile physiologiquement et psychologiquement et dans le cas de l’obésité, une perte de poids pourra aider à retrouver une érection satisfaisante.

Enfin, une bonne communication entre les partenaires pourra grandement faciliter la compréhension du corps, le soulagement des tensions et, bien entendu, entrainera l’amélioration de l’entente sexuelle.

Quelques produits pour vous aider :

Nous vous proposons ces gélules à action immédiates à base de plantes erectab ou XL power de fabrication française à prendre par deux, 1 heure avant le rapport sexuel, afin de favoriser l’érection et la circulation sanguine. 

Comment soutenir son partenaire :

Les femmes faisant face à ce genre de situation peuvent avoir tendance à requestionner leur propre pouvoir de séduction ou encore se rendre coupable de la situation. Il est important de se questionner à deux, d’être attentive au ressentie de l’autre, et surtout de se déculpabiliser une fois le facteur identifié. Le fait de rejeter la faute sur soi, de rester dans un climat de frustration, peut rompre l’échange. Aussi, moins il y aura d’échange, moins le problème sera simple à résoudre.

N’oubliez pas : Les problèmes d’érection de monsieur ne sont pas de votre faute, la meilleure chose à faire c’est de le soutenir, de l’aider dans ce cheminement psychologique ou médical en vous impliquant à ses côtés dans les rendez-vous médicaux, de prendre l’initiative de faire une thérapie pour l’aider et de ne pas le culpabiliser. L’impuissance est pour les hommes une rude épreuve, un grand tabou et peu entraîner une forte diminution de l’estime. En tant que conjointe, nous pouvons être rassurante, montrer aussi que nous sommes toute autant capable de prendre du plaisir en attendant une amélioration de la situation.

 

L’éjaculation précoce ou prématurée :

On parle d’éjaculation précoce lorsqu’un homme n’arrive pas à faire durer un acte sexuel avec pénétration assez longtemps (aux alentours de quelques minutes ) ou alors éjacule alors même qu’il n’a pas encore pénétré sa partenaire.

Selon les études épidémiologiques, ce serait le cas de 5 à 30 % des hommes. Cependant, ce n’est pas une maladie, il s’agit seulement d’un manque de contrôle de son corps et la souffrance est causée par le fait que les hommes subissant ce trouble ne parviennent pas à satisfaire leur partenaire et ne parviennent donc pas généralement à s’épanouir dans leur sexualité.


A quoi cela est-il dû ?

Comme dans beaucoup d’autres troubles sexuels, la cause est encore une fois assez psychologique.

En premier, lieu on peut citer l’obsession de la performance qui va être un facteur puisque déclencheur de tout un tas de blocages comme la timidité, la peur de ne pas être assez endurant, une fixation bien trop importante sur le fait de vouloir être à la hauteur et ne surtout pas vouloir paraitre stupide.

Tout cela mène l’individu vers un stress insoutenable qui ne lui permettra pas d’avoir un rapport dans de bonnes conditions. Il en va de même pour les hommes souffrants de troubles de l’anxiété et cela peut arriver aussi de manière passagère dans des périodes de stress, ou encore lors d’une baisse de morale, ou d’événements compliqués à gérer émotionnellement.


De même, il est important de savoir que si durant l’acte, l’homme a l’impression de devoir mener la relation sexuelle entièrement, cela lui offre une charge supplémentaire et ne lui laisse pas l’occasion de se focaliser sur lui-même, chose très importante pour maîtriser son trouble. Effectivement, il est plus compliqué pour lui de se concentrer sur son self-control tout en bougeant systématiquement l’entièreté de son corps, engageant ainsi toute sa masse musculaire et son énergie sur sa partenaire. D’une part, il n’arrivera pas suffisamment à se focaliser sur lui-même, sa respiration et prendre le temps de comprendre son corps et, d’autre part, il se fatiguera trop rapidement.

Au-delà de l’aspect psychologique et physique, les scientifiques ont également émis l’hypothèse de facteurs génétiques. Ainsi, d’autres causes plus physiologiques pourraient peut-être expliquer ces troubles.

En effet, on pourrait émettre l’hypothèse que l’existence d’une hypersensibilité et d'une hyperréactivité au niveau du pénis, mais également, des problèmes de thyroïde ou un taux d’hormones anormal, pourrait être à l’origine de ce type de trouble.

Pour le moment, les spécialistes se rejoignent plutôt sur les causes psychologiques pour traiter ces troubles.


Comment y remédier ?


Faire une thérapie, se concentrer davantage sur son corps et sa respiration, déléguer certaines tâches durant le rapport à sa partenaire et une prise médicamenteuse peuvent aider l’homme à apprendre à se contrôler et retrouver une confiance lui permettant de reprendre le contrôle de son corps.

Néanmoins, l’attitude de la partenaire à l’égard de son homme est primordiale à l’évolution de ce trouble. Un homme souffrant d’éjaculation précoce a besoin d’être soutenu, compris, et accompagné dans ce processus qui peut parfois être long.

Quelques produits pour vous aider :

Un massage de la verge peut aider monsieur dans son éjaculation précoce. Vous pouvez accompagner ce massage de notre Gel Retardant Stimulant Lasts.

Le Cockring lasso ajustable que nous proposons aidera monsieur au maintien de son érection. La contraction effectuée à la base de la verge permettra de maintenir le sang plus longtemps et ainsi retardera l’éjaculation. Cependant, nous vous déconseillons de l’utiliser plus de 30 minutes.

Nous vous proposons également, sous cure de 3 mois, un complément alimentaire afin de vous aider à prolonger votre plaisir et réduire le stress naturellement grâces à un mélange de Rhodiola, Ginseng, Griffonia et de Zinc. 

Comment soutenir son partenaire :

Il est important de redonner confiance à notre partenaire, l’aider à dédramatiser la chose et ne surtout pas oublier que la pénétration n’est pas un acte primordial et central. Au couple de s’amuser par d’autres manières, qui, en outre, sont plus propices à la satisfaction du plaisir féminin, car en effet, le corps féminin regorge de zones extraordinaires de plaisir.

D’une part cela contribue à redonner confiance en l’homme qui se rend compte qu’il est totalement capable de donner du plaisir à sa partenaire, donc monsieur parvient à être moins stressé, et d'autre part à reprendre le contrôle de son corps progressivement.

Par ailleurs, cela permet également au couple de mieux se découvrir, de manière encore plus intéressante, puisque l’on se défocalise de la pénétration. Cela peut convaincre l’homme de devenir un excellent amant par le biais d’autres pratiques palpitantes. Apprenez à vous découvrir autrement et progressivement, ces troubles s’estomperont naturellement…

 

L’anéjaculation

On parle d’anéjaculation lorsqu’un homme ne parvient pas à éjaculer (expulser son sperme), alors que celui-ci est en érection et en situation d’excitation. Le plus souvent, le fait de ne pas éjaculer s’accompagne d’une absence d’orgasme, mais il se peut que monsieur parvienne à atteindre l'orgasme sans éjaculation aussi. Ce trouble peut être primaire, c’est-à-dire qu’il en a été ainsi dès la première relation sexuelle, mais il peut aussi survenir après des années de vie sexuelle également.  

A quoi cela est-il dû ?

Plusieurs causes à cela, une cause plus psychologique : manque de lâcher prise, refus du plaisir, retenue (inconscient…).

Cela ne l’empêche pas d’éjaculer lors de la masturbation ou encore durant son sommeil. Cette peur du lâcher prise peut remonter à l’éducation rigide, ce qui peut donner à l’homme concerné un certain malaise vis-à-vis de la sexualité et de la sensualité. Dans l’absolue, si l’éjaculation en fin de rapport n’était pas normée, l’anéjaculation ne dérangerait pas les hommes. Donc en dehors des schémas classiques du déroulement d’un rapport ou d’une plainte de la conjointe, l’anéjaculation ne contraint pas les hommes.

Avec le temps, l’homme peut faire face à un trouble d’anéjaculation et dans ces conditions, il s’agira davantage de facteurs physiologiques et pathologiques.

Certaines maladies peuvent entrainer ce trouble mais également certains médicaments (neuroleptiques, antiparkinsoniens et antidépresseurs) selon la dose de prescription.

Enfin, ce blocage d’émission de sperme peut tout simplement survenir à cause du stress (stress du travail, familiale, tensions…), de l’anxiété, mais aussi à la suite d’un choc émotionnel (rupture, mort, choc suite à la vue de l’accouchement aussi…).

Comment y remédier ?

Très souvent il s’agit d’un facteur très psychologique, alors la consultation d’un.e sexothérapeute peut aider le couple.

Bien entendu, puisqu’il s’agit d’un facteur souvent psychologique qui entraine ce blocage, le dialogue, le soutien et le fait de dédramatiser, d’expliquer à son partenaire que l’éjaculation n’a pour la conjointe pas plus d’importance que le plaisir procuré durant le rapport, peut aider l’homme à dédramatiser la situation et à moins se concentrer sur ce problème.

Si l’anéjaculation fait suite à un traumatisme, alors une psychothérapie est nécessaire avec, si besoin, la prescription d’antidépresseurs.

Si ce trouble fait suite à une opération chirurgicale, souvent, il est éphémère et l’éjaculation revient à la normale au bout de quelques mois suivant l’opération. Si ce sont les médicaments qui ont cet effet, alors il faut en parler à son médecin pour pouvoir alléger le dosage ou changer le traitement si possible par quelque chose ayant moins d’effets secondaires dérangeants.

 

@sens.u.elles pour secretsdegeishaa.com

 

Laissez un commentaire