Left Retourner au magasinage
Commande

Votre panier est vide

Vous aimerez sûrement
2090€ 2500€
Afficher les options

Devise

Anatomie

La taille, ça compte vraiment ? | Secrets De Geishaa

La taille, ça compte vraiment ?

La taille du sexe est un sujet que l’on trouve au moins une fois dans les conversations entre femmes, qui ont souvent des aprioris sur la question. On en rigole, on s’interroge, on spécule même sur la taille idéale qui nous ferait jouir et on valorise la superbe taille du sexe de notre partenaire…

Les femmes étant elles-mêmes soumises aux jugements extérieurs vis-à-vis de leurs attributs féminins, il semblerait que les hommes aient eux aussi leur lot.

Quoi qu’il en soit, les hommes vont fréquemment être jugés physiquement sur leur musculature, leur sourire, mais aussi sur leur sexe… Et il s’agit même pour certaines femmes d’un critère très important, qui est aussi pour l’homme un critère valorisant à mesure que la taille est élevée.

L’homme et la femme vont avoir tendance à penser que la taille du pénis aura une conséquence sur la qualité des rapports sexuels.

Est-ce vrai ? Peut-on affirmer que « la taille ça ne compte pas » ? Et si cela ne compte pas, qu’est-ce qui fera la différence en ce qui concerne ce membre qui nous questionne tant… ?

 

La taille idéale …?

La taille moyenne du pénis en érection d’un adulte est d’environ 13 centimètres quand on observe les résultats de différentes études sur la question. Mais le pénis ne fait pas la même taille au repos puisque nous trouverons plutôt des chiffres aux alentours de 8 centimètres.

On ne constate pas de changement de taille du pénis chez tous les hommes. En effet, il existe deux types de pénis qui donnent lieux à deux types d’érections :

Les pénis de chaire : Ils vont recevoir le flux sanguin dans une quantité moindre dû à un espace réduit de leur cavités (Les corps caverneux, sensés accueillir le flux sanguin lors de l’érection). Leur taille reste donc presque inchangée qu’ils soient en repos ou en érection.

Les pénis de sang : Ces pénis se gorgent de sang en grande quantité lors de l’érection, ce qui crée un changement plus important de taille et de dimension.

 

La taille du pénis est un sujet qui est source d’inquiétude chez beaucoup d’hommes. En effet, beaucoup peuvent se sentir gênés, avoir peur de recevoir des remarques dans les vestiaires, voire même en maillot de bain, où l’on est plus susceptible de voir légèrement la morphologie de leur sexe

Cette comparaison est finalement source d’appréhension pour certains hommes car la taille de leur sexe est aujourd’hui assignée socialement à l’image de la virilité. On assigne des critères tels que la taille du pénis à la virilité chez les hommes, tout comme on assigne les fesses, les hanches ou la poitrine à la féminité chez les femmes.

En dehors du fait que les hommes peuvent avoir peur de se sentir humiliés devant leurs pairs, ils peuvent aussi ressentir cette inquiétude devant un.e partenaire sexuel.le.

D’ailleurs, il est intéressant de relever que cette question de la taille du pénis est aussi une inquiétude non négligeable chez les femmes.

 

Le point de vue des femmes :

Afin de mieux comprendre la question de la taille, il nous a semblé pertinent d’interroger les femmes sur ce sujet.

Ainsi, nous avons pu voir que 60% des répondantes affirment que la taille est importante. Parmi elles, 57% des femmes ayant vécu au moins une expérience sexuelle pensent que la taille du pénis a une importance.

47% des femmes n'ayant jamais eu d'expérience sexuelle affirment que la taille  n'a pas d'importance mais 51% avouent avoir peur que leur partenaire (ou futur éventuel partenaire) puisse ne pas posséder un sexe "assez gros".

Nous avons d’ailleurs plusieurs témoignages de femmes qui rapportent par exemple n’avoir jamais eu de rapports sexuels, ne souhaitant pas en avoir avant le mariage et de ce fait, souhaitant découvrir la nudité de leur partenaire lors de la nuit de noce, et qui ont quelques appréhensions quant à la question de la taille:

« Imagine-tu te maries enfin après des années à préserver ta virginité, lors de la nuit de noce tu découvres qu’elle est toute petite… Moi c’est quelque chose qui me fait peur honnêtement de me dire que je me suis préservée aussi longtemps pour finalement ne pas être satisfaite sexuellement ».

Ce genre de retour n’est pas rare et fait parti d’un réel questionnement de la part de femmes, pour certaines plus ou moins informées sur l’anatomie, le plaisir et l’éducation sexuelle. Pour beaucoup, la satisfaction sexuelle étant corrélée à la taille du pénis, la promotion de la sexualité étant la plupart du temps faite sous le prisme la pénétration, cela leur semble évidant qu’un gros pénis puisse apporter plus de plaisir et un petit n’en apporte pas assez.

Cependant on peut aussi remarquer que, plus les femmes sont informées sur l’anatomie et la sexualité en générale, plus elles pensent que la taille ne va pas être déterminante dans le plaisir.

Il existe aussi des femmes n’ayant eu aucune expérience sexuelle et qui appréhendent plutôt l’inverse, c’est-à-dire le fait que le partenaire possède un trop gros sexe de peur d’avoir mal.  

Finalement y a-t-il une taille idéale ? Cela est subjectif, certaines femmes pensent que la taille aura une importance, d’autres non. Certaines femmes préfèreront éviter les plus gros pénis, d’autres voudront une taille plus ou moins conséquente afin de se sentir comme elles diraient « remplies ».

 

Taille du pénis et incidence sur le plaisir :

D’un point de vue physiologique et technique, la taille ne changera pas grand-chose à la qualité d’un rapport sexuel.

« Ce qui compte c’est de savoir s’en servir »

Comme nous le savons, la femme est dotée d’un superbe organe qui lui sert à une seule et unique chose : recevoir du plaisir. On ne le présente plus, il s’agit bien du clitoris !

Comme nous le savons, le clitoris permet de ressentir énormément de plaisir et ce, peu importe la taille du pénis du partenaire car il suffit de le stimuler de la façon qui nous plait pour ressentir du plaisir.

C’est grâce au clitoris que l’on peut affirmer que ce n’est pas la taille qui, d’un point de vue théorique, aura une réelle incidence sur le plaisir.

Finalement, ce qui importe avant la taille du pénis, c’est avant tout de bien connaitre son corps et ses préférences.

 

Alors la taille, ça ne compte pas… ?

Le vagin est une cavité élastique qui mesure entre 8 à 12 centimètres et s’adapte à ce qu’il reçoit. Ses parois se touchent lorsqu’il est au repos ! Ce qui signifie que peu importe la taille de la verge, celle-ci entre et se retrouve encerclée par les parois vaginales qui l’accueillent en s’adaptant à sa taille.

La taille interviendra plutôt en matière de préférence chez chaque femme, comme dans tout ! D'une part en apparence, chacun peut apprécier visuellement une taille plutôt qu'une autre, d’autre part en sensations, à mouvements similaires, on peut avoir l’impression d’avoir des sensations différentes en fonction de la taille de la verge du partenaire. En effet, certaines femmes apprécient le sentiment d'être "remplie" du sexe de leur partenaire ou encore le fait qu'il puisse les pénétrer très profondément :

" Il y avait une sensation qui me manquait c’était celle de me sentir « pleine » lors de la pénétration. Et surtout cette sensation de vide une fois terminé. J’aimais beaucoup ressentir ça et la sensation de vide me donnait qu’une envie, c’était de recommencer pour ressentir cette plénitude et autre chose qui va être un peu plus trash mais cette sensation d’aller « dans le fond ». Avec un plus petit pénis je ne ressentais pas ça et ça me manquait un peu. "

 

D'ailleurs, d'après notre sondage, 57% des femmes qui ont eu des partenaires sexuels avec des différences de tailles significatives affirment avoir constaté une différence de plaisir en lien avec la taille du pénis.

Un trop gros pénis aura tendance à apporter, lors de la pénétration, plus de sensations, qui pourront être ressenties comme plaisantes si on aime l’intensité. Donc évidemment, les gros sexes peuvent apporter un ressenti plus fort mais ils peuvent également causer des douleurs.

Aussi, plus l'homme aura tendance à rentrer profondément, plus cela peut être désagréable si l'on n'est pas habituée. Le pénis va en effet taper le col de l’utérus, la sensation peut être très désagréable pour certaines, mais également très excitante pour d'autres qui aiment les pénétrations à sensations "fortes", celles qui aiment ressentir que le fond est atteint :

"En soit ce n’est pas forcément la taille mais plutôt comment monsieur s’en sert. En revanche mon ex avait un « gros sexe » et pour ma part ce n’était vraiment pas agréable : brûlures, certaines positions impossibles et des irritations malgré le lubrifiant, j’en étais arrivé au point où je repoussais les rapports ou je me bloquais et impossible de pénétrer... Avec mon homme actuel je revis vraiment et n’appréhende plus le rapport, je suis même demandeuse"

 

Un petit pénis peut poser un problème dans la mesure où il peut être plus compliqué de pratiquer certaines positions. Certaines femmes témoignent même du fait que la taille les a empêchées de faire l’amour avec pénétration ou bien de ressentir la pénétration. Mais posséder un petit pénis n'empêche en aucun cas au partenaire de procurer du plaisir à sa partenaire si celui-ci prend le temps d'être à l'écoute de ses envies et désirs, prendre du plaisir ne se résume pas à la pénétration, bien au contraire !

 

Et qu'importe la taille, si Monsieur en question ne connaît pas suffisamment le corps de la femme et qu’il se contente de simples va et vient, alors les sensations peuvent être soi désagréables, soi être quasi inexistantes et donc ne pas apporter de plaisir… 

 

Bon à savoir :

La lubrification et l’augmentation de la vitesse des mouvements du pénis lors de la pénétration peuvent entraîner dans un cas comme dans l’autre (c’est-à-dire que le pénis soit gros ou non), une perte de sensation.

 

Chez Secrets de Geishaa, nous pensons que la taille du pénis ne définira pas à elle seule la qualité d’un rapport sexuel, ni l’intensité du plaisir ressentie puisque la femme est plus susceptible de ressentir du plaisir par la stimulation de ses zones érogènes que par la pénétration. En effet, la zone érogène à proximité de l’orifice vaginal représente « le clitoris interne », et plus précisément, la partie immergée du clitoris. Ce qui signifie qu’il n’est pas vraiment nécessaire d’aller très loin pour stimuler le plaisir et que cela dépendrait d’ailleurs plutôt de l’état du périnée 

De plus, l’art de faire l’amour est bien au-dessus de l’impact de la taille. Ce sont les attentions des partenaires, les regards, la façon de prendre soin du plaisir de l’autre, la façon de toucher de caresser, de communiquer, de fusionner et ne faire plus qu’un qui fera une réelle différence… !

 

 

Pour conclure,

Les zones érogènes féminines étant facilement accessibles, c’est plus le « savoir-faire » de l’homme, la connaissance du corps de la femme qui lui permettra de faire atteindre à sa partenaire plus de plaisir.

Mais nous ne pouvons omettre les préférences existantes et les possibilités de ressentir des sensations différentes en terme d’intensité de pénétration, mais aussi en terme de douleur (surtout s’il y a manque de lubrification et/ou manque de délicatesse), en fonction de la taille du pénis.

 

@sens.u.elles pour secretsdegeishaa.com

Voir plus
Tout savoir et comprendre sur le pénis | Secrets De Geishaa

Tout savoir et comprendre sur le pénis

CONSTITUTION DU PENIS

Le pénis, également appelé verge, est l’appareil reproducteur et urinaire que l’on retrouve chez les hommes. 


De la même manière qu’il existe différentes formes de vulves et différentes formes de lèvres en ce qui concerne l'appareil génital des femmes, il existe différentes formes de pénis comme le pénis circoncis, le pénis crayon, le pénis champignon, le pénis banane ou encore le pénis courbé. 


  • Pénis Circoncis: Le prépuce est un repli de peau qui recouvre et protège le gland. Il peut être indiqué de l'enlever dans plusieurs circonstances : rétrécissement du prépuce empêchant de décalotter appelé phimosis : ce phimosis est soit d'origine congénitale soit cicatriciel.
  • Pénis Crayon: Le pénis crayon est uniforme dans sa longueur, il dispose d’un gland étroit et pointu. Il s’adapte à n’importe quelle position et permet une pénétration agréable, douce et sans douleurs. 
  • Pénis Champignon: Le pénis champignon est constitué d’un gland un peu plus gros que le reste de son corps permettant ainsi une pénétration délicate.
  • Pénis Banane: Le pénis banane est globalement uniforme, il possède tout de même un gland et une base légèrement plus fine que le corps du pénis.
  • Pénis courbé: Le pénis courbé, comme son nom l’indique, est légèrement courbé mais attention tout de même parce que l’inclinaison peut parfois constituer une gêne pour les deux partenaires. Cette courbure est due au ligament suspenseur qui maintient le pénis au bassin, qui, étiré, fait qu’il est  suspendu un peu vers le haut.

Il existe également différentes formes de testicules et tout cela est complètement normal. En effet, nous sommes constitués, anatomiquement de la même façon mais pour autant, nous ne sommes pas tous identiques ou symétriques, il est donc normal d’avoir des différences et heureusement. 


Le pénis est constitué de trois parties distinctes : 

    • Gland : Le gland est l’extrémité du pénis sur laquelle se trouve le méat urétral qui correspond à l’ouverture de l’urètre, le conduit urinaire. Le gland est ensuite constitué de peau appelée prépuce qu’il est possible d’enlever par l’intervention d’une chirurgie. La peau du gland est quant à elle très fine et très innervée ce qui la rend particulièrement sensible lors de la stimulation sexuelle. Il y a ensuite le frein qui relie le prépuce à la base du gland par un amas de peau puis pour terminer, à la base du gland, se dessine un relief circulaire, c’est la couronne du gland qui délimite en dessous le sillon balano-préputial.
    • Corps : Le corps est formé de tissu érectile qui contient de nombreux vaisseaux sanguins. On y retrouve trois régions : le corps spongieux qui entoure l’urètre, et les deux corps caverneux sur le dessus du pénis. Ces corps caverneux sont entourés par une enveloppe élastique permettant ainsi l’allongement du pénis et l’augmentation du volume en cas d’érection.  
    • Racine : La racine constitue la base du pénis qui est située à l’intérieur du bassin.

Contrairement aux pénis des animaux qui sont constitués d’os favorisant ainsi la pénétration, le pénis des hommes est constitué de corps caverneux qui en cas d’excitation / vont se remplir de sang permettant ainsi la rigidité du pénis et donc la pénétration. 


FONCTIONS DU PENIS

Le pénis permet d’uriner mais également de se reproduire. Il va d’abord être en érection, favorisant ainsi la pénétration jusqu’à l’éjaculation, expulsion d’un liquide biologique constitué de sperme et de liquide séminal permettant ainsi la reproduction. 


DIFFÉRENCE ENTRE CLITORIS ET PENIS

Le clitoris et le pénis sont deux organes similaires. En effet, hormis le fait que le pénis soit essentiellement externe et que le clitoris soit essentiellement interne, ils sont tous  deux constitués d’un gland et de corps caverneux, ainsi le pénis comme le clitoris vont se gorger de sang, s’agrandir et se gonfler lors d’une érection. Mais ce ne sont pas leurs seuls points de similitudes puisqu’on y retrouve également le bulbe et la racine. 

 

 

DYSFONCTIONNEMENT DU PENIS 

Il arrive parfois que le pénis ne puisse pas se mettre en érection. La cause sera alors soi psychologique, au même titre que certains dysfonctionnements féminins, soi physiologique due au périnée par exemple. Néanmoins, si cela devient récurrent il vaudrait mieux aller consulter votre médecin qui sera plus à même de vous éclairer sur le dysfonctionnement érectile dont vous êtes victime. 


  • Ejaculation Précoce : L’homme va éjaculer très rapidement de façon systématique et incontrôlée dès le début de la pénétration, voire même avant d’avoir eu le temps de pénétrer son ou sa partenaire.
  • Ejaculation Retardée : L’homme va avoir énormément de mal à éjaculer et va avoir besoin de beaucoup de temps. Parfois même, il arrive que l’homme n’arrive pas à éjaculer.
  • Baisse de Désir : Une baisse de désir temporaire peut toucher les hommes comme les femmes et nombreux sont les facteurs concernant cette problématique. Néanmoins, si cette baisse de désir était amenée à durer dans le temps, il vaudrait mieux consulter votre médecin pour essayer de comprendre d’où vient réellement le problème.

Toutefois, tous les hommes sont susceptibles au cours de leur vie de connaitre un jour ou l’autre un problème ou dysfonctionnement érectile. En effet, les problèmes de santé de façon générale, certains traitements médicamenteux pour certaines problématiques, le tabac, l’alcool, les drogues, le stress, la dépression, l’anxiété,  vont avoir des effets parfois néfastes sur l’érection elle-même ou dans certains cas directement sur le désir.  

 

MALADIES DU PENIS

      • Cancer : Le cancer du pénis est une maladie assez rare qui survient le plus souvent chez l’homme âgé de 60 ans environ. Ce cancer est souvent dû à un manque d’hygiène ou à une infection transmise en amont.
      • Balanite :  La balanite est une inflammation du gland. Elle est d'origine infectieuse dans la plupart des cas, mais peut aussi être allergique. Lorsque l'inflammation touche également le prépuce, on parle de balanoposthite. Cette pathologie est souvent due à une hygiène intime insuffisante ou, au contraire, excessive.
      • IST : Le pénis peut être victime d'infections sexuellement transmissibles (IST), comme les verrues génitales. Ce sont des lésions bénignes, contagieuses et récidivantes. Un herpès génital peut aussi apparaître sur la verge.
      • Lapeyronie : La Lapeyronie est une déformation du pénis ( courbature de la verge ) associée à des douleurs ou des gênes lors de l’érection, c'est une maladie qui touche entre 3 à 9% des hommes et peu apparaître à la vingtaine. Les causes de cette maladie restent encore méconnues.

 

  • Phimosis : Le phimosis se traduit par l’impossibilité de retrousser entièrement la peau du pénis au-delà du sillon balanopréputial. Même s’il n'entraîne pas de symptôme particulier, il peut provoquer une inflammation locale et si l’on force le décalottage, la peau pourrait rester bloquée, ce qui provoquerait à terme de vives douleurs accompagnées d’un gonflement.
  • Fracture du pénis : La fracture du pénis correspond à la rupture des corps caverneux. Dans la plupart des cas cela se produit au cours des rapports sexuels. Un bruit tel un craquement se fait retentir puis une vive douleur fait son apparition. Du sang se propage ensuite sous les tissus du pénis allant jusqu’à provoquer un hématome. 

EXAMENS DU PENIS

Selon la problématique, différents examens médicaux peuvent être demandés. 

Dans un premier temps, l’examen du patient sera effectué. Cet examen consiste à aller consulter votre médecin qui va procéder étape par étape. En effet, il vous posera un certain nombre de questions avant de terminer par un examen clinique. Cet examen va pouvoir donner un premier aperçu du type de problématique vous concernant. 

Selon le dysfonctionnement observé, votre médecin vous proposera d’autres examens médicaux comme une biopsie, une échographie, une IRM, un écho doppler ou encore un examen de laboratoire afin de procéder ensuite au traitement le plus adapté.



CONSEILS #SECRETSDEGEISHAA

Avoir une activité sportive et avoir une bonne hygiène de vie de façon générale est bon pour vous, pour votre santé, pour votre corps mais également pour votre pénis. En revanche, une longue période de stress ce n’est bon en rien pour personne.

En cas de situations stressantes ou de petites problématiques liées à l'érection, n’hésitez pas à compléter votre hygiène de vie avec des compléments alimentaires comme “Erectab” ou “XL Power” mais également avec des anneaux péniens qui feront une sorte de contraction autour du pénis, ce qui aidera à prolonger l'érection.

 

Voir plus
Le périnée même chez les hommes | Secrets De Geishaa

Le périnée même chez les hommes

DÉFINITION 

Le périnée est un ensemble mobile de muscles (présents pour l’homme et la femme) de ligaments et de membranes très solides qui recouvrent le petit bassin. Tendu à la manière d’un hamac, le périnée enserre l’urètre, l’anus et le vagin qui maintiennent les organes pelviens ainsi que les organes génitaux féminins.  


Également appelé « plancher pelvien » il agit comme un véritable plancher musculaire et va assurer le maintien des organes pelviens (utérus, vessie, rectum). 


QUELLES SONT SES FONCTIONS ?

Le périnée a pour mission première le soutien des muscles du petit bassin. Tout au long de la journée, tel un véritable verrou, il va exercer différentes pressions, de résistance notamment, afin de maintenir un équilibre permanent. 


Le périnée a également un rôle dans la continence puisque c’est grâce à lui que l’on peut verrouiller / déverrouiller notre vessie et notre rectum nous permettant ainsi d’aller aux toilettes ou au contraire de nous retenir. 


En ce qui concerne le périnée féminin, il subit des modifications tout au long de sa vie. En effet, lorsqu’une femme est enceinte, qu'elle accouche ou qu'elle entre en ménopause, son périnée ne sera pas sollicité de la même manière qu’habituellement.


C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons qu’il faut apprendre à en prendre soin. 


COMMENT EN PRENDRE SOIN ? 

Pour commencer, si on veut pouvoir préserver l’efficacité du périnée dans le contrôle vésical, sphinctérien, urétral, et anal il faudra apprendre à le localiser correctement pour le tonifier de la meilleure des façons. 


Recommandation

  • Sport : Le sport permet d’avoir une meilleure conscience corporelle, c’est-à-dire un meilleur contrôle de ses mouvements et une meilleure perception de ses sensations. Sexuellement parlant, il pourrait donner accès à plus de positions variées et physiques. Pratiqué régulièrement, le sport améliore notre condition physique : endurance, force, souplesse… Toutes ces caractéristiques semblent être un gage de qualité pour un rapport sexuel. Mais pour revenir sur un meilleur contrôle de son corps, on pourrait donner l’exemple de la capacité à contrôler la contraction du périnée. Dans beaucoup de sports, il est très sollicité et entraîné ! Pourquoi avoir un périnée musclé influence notre sexualité ? Parce qu’agir sur la contraction de son périnée pendant un rapport permet de jouer sur son diamètre vaginal : rétrécir volontairement son diamètre vaginal pour plus de sensations. 

Attention tout de même parce que, qui dit sport dit aussi courbatures ! Parfois, le sport peut avoir un effet néfaste, notamment si on est très courbaturé.e.s. Je pense aussi au surentraînement. On le sait, le surentraînement diminue les performances physiques et augmente la fatigue… Du sport oui, mais on se respecte, sinon effet inverse assuré.


  • Massage du Périnée : Le massage du périnée vous permet de mieux connaître votre corps et surtout cette partie, si importante, mais il permet également de se préparer au passage du bébé lors de l’accouchement pour les femmes enceintes, il vous permet de mieux récupérer après un accouchement et donc de favoriser la continence ou encore de favoriser la pénétration vaginale de façon générale. 

    • Posture : Le périnée, qui participe au maintien des organes, supporte également le poids du corps et les pressions provenant de l’abdomen lors de certains efforts effectués avec des postures souvent inappropriées. 

    • Respiration : La respiration abdominale favorise votre capacité respiratoire mais elle va également vous permettre de mieux dormir, de contrôler vos douleurs, de mieux vous concentrer, mais aussi de gérer votre stress.


    Interdiction

    En soi, il n’y a pas de réelle interdiction car nous partons du principe que chacun est maître de son propre corps mais il y a cependant des mouvements à éviter pour la bonne santé de votre périnée. 

      

    Le sport pratiqué au quotidien, pour certains et de temps en temps, pour d’autres, peut s’avérer nocif voire très dangereux pour notre santé. Malheureusement, souvent mal accompagné, il est parfois compliqué d’assurer que notre gestuelle soit vraiment parfaite et adaptée. En effet, certains mouvements, comme les abdominaux hyper pressifs, sont vraiment très mauvais. Lorsque l’on parle d'hyper pressifs, on parle des abdominaux appelés « Crunch » que l’on retrouve presque partout lorsqu’on parle musculation. Rares sont ceux qui ne les pratiquent pas. Pourtant, cette pratique sportive nous pousse à faire pression sur notre périnée de la mauvaise façon. A court terme, nous ne verrons pas d’effets néfastes ou du moins pas dans l’immédiat mais à long terme certaines problématiques comme les incontinences peuvent faire leur apparition, et ce, quelque soit votre âge.  


    SIGNES DE FAIBLESSES DU PÉRINÉE 

    Le périnée vous montrera souvent qu’il est fatigué par des incontinences (urinaire ou fécale) mais nous avons vu la semaine dernière dans notre article sur la constipation que les constipations passagères ou chroniques, voire même dans certains cas les descentes d’organes pouvaient également être des signes de faiblesses de votre périnée. 


    LES HOMMES AUSSI ONT UN PÉRINÉE  


    Les hommes et les femmes sont anatomiquement constitués de la même façon à quelques détails près. Nous l’avons d’ailleurs vu à plusieurs reprises au cours de nos différentes lectures sur www.secretsdegeishaa.com. Il n’est donc pas si anormal d’affirmer que les hommes ont eux aussi un périnée. 


    Néanmoins, n’ayant pas d’utérus, leur périnée est maintenu par le pénis ce qui assure un renfort. En effet, les femmes ne bénéficient pas du même soutien puisqu'en raison de l’utérus en l'attente de bébé, le périnée flotte dans le vide, ce qui, comparé au périnée de l’homme, fragilise le périnée des femmes.

                       

    Pour rappel:

    Le muscle PC (pubo-coccygien) s’étend de la base de la colonne vertébrale (le coccyx), a la forme d’un hamac et se rattache à l’os pubien (voir schéma).C’est le muscle que l’on contracte pour interrompre l’écoulement de l’urine. C’est aussi le muscle qui se contracte involontairement (spasmes musculaires) pendant l’orgasme aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

    Exercer le muscle PC permet non seulement d’avoir une érection plus ferme et plus puissante, mais augmente aussi les sensations durant l’orgasme.

    Avec l’âge, ce muscle comme tous les autres muscles du corps, commence à s’affaiblir, provoquant les premiers symptômes de dysfonctionnement érectile: plus le muscle s’affaiblit, plus le dysfonctionnement est possible.


    Ce qui pourrait néanmoins affaiblir le périnée des hommes, considérablement de façon temporaire ou de façon durable, selon le degré d’intensité, ce sont les traitements pathologiques de la prostate. Une rééducation périnéale en accord avec l’équipe médicale pourrait alors être envisagée pour pallier ce manque de tonicité parce que du côté masculin, la contraction des muscles périnéaux augmente l'excitation et donc la rigidité de l’érection.



    CONSEILS #SECRETSDEGEISHAA : 

  • Pour les Hommes et les Femmes :
  • Pour commencer nous pourrions vous conseiller d’appliquer une huile de coco bio qui protègera votre vulve et votre vagin ou votre périnée de façon générale lors des agressions extérieures comme les frottements permanents des vêtements. Mais cette huile de coco bio pourrait également agir sur la nutrition, l’hydratation et l’élasticité de vos tissus ce qui facilitera une éventuelle pénétration vaginale / anale. 


    Toujours à l’aide d’une huile de coco bio vous pourriez pratiquer le massage du périnée. Véritable moment de détente il permettrait à votre périnée de ne pas accumuler trop de tensions et de poursuivre son travail de soutien / maintien dans des conditions tout à fait optimales. 


    Nous pourrions ensuite vous recommander l’usage du sport doux tel que le pilates qui viendrait solliciter votre périnée en douceur, nous pourrions vous recommander de faire attention à votre posture ou encore de pratiquer une respiration abdominale plutôt qu’une respiration thoracique afin d’utiliser l’entièreté de votre capacité à respirer. 


  • Pour les Femmes :
  • Ensuite, pour travailler correctement et en douceur la tonicité de votre périnée, nous pourrions vous recommander l’utilisation des boules de geishas. 


  • Pour les Hommes :
  • Enfin nous pourrions vous conseiller divers exercices afin de permettre à votre périnée une efficacité durable.

      • Exercice de Contraction / Décontraction: L’exercice consiste à contracter votre muscle PC, le maintenir contracté, à compter jusqu'à 3 puis à le relâcher. Vous devez ensuite vous assurer que le muscle est complètement détendu avant de repartir sur une autre contraction. Attendez de nouveau 3 secondes avant de continuer. Contractez votre muscle, maintenez-le puis relâchez-le. Recommencer par série de 2x10 et augmenter les séries, jour après jour. 
  • Méthode de Masters et Jonhson ou Technique du Squeeze: Il s’agit d’interrompre l’érection durant la masturbation. Avant d’effectuer un tel exercice, n’hésitez pas à communiquer avec votre partenaire qui, sans ça, pourrait être surpris. C’est un exercice excellent pour renforcer la capacité de stockage de l’énergie sexuelle qui est primordial pour soigner l’éjaculation précoce, par exemple. En effet, chaque personne est capable de stocker une certaine quantité d’énergie. Une fois le maximum atteint, l’éjaculation est déclenchée. Cet exercice est doublement bénéfique puisque non seulement il augmente votre capacité de stockage mais il est également important pour rééduquer votre cerveau au cours du processus éjaculatoire. 

  • Exercice:

    Masturbez-vous à un rythme lent jusqu’à ce que vous commenciez à sentir l’éjaculation venir, arrêtez tout mouvement, puis exercez une pression sur le Frenulum (cou du pénis) à l’aide de l’index et du pouce jusqu’à perdre l’érection (1er arrêt). Une fois l’érection retombée, masturbez-vous à nouveau jusqu’à ressentir de nouveau le réflexe d’éjaculer, puis répétez le processus d’appuyer sur la Frenulum jusqu’à perdre l’érection (2ème arrêt). Répétez le processus jusqu’à ce que nous atteignons un total de 6 arrêts. À la fin du sixième arrêt, vous devez soit cesser soit éjaculer. 


    Dans le cas d’un homme qui se qualifierait d’éjaculateur précoce, le plus difficile serait de ne pas éjaculer. En effet,  le cerveau de l’éjaculateur précoce associe automatiquement l’acte sexuel à une éjaculation . Aussi, en n’éjaculant pas, un message est envoyé à votre cerveau: avoir une relation sexuelle ne signifie pas éjaculer de manière systématique.

    Voir plus
    Effets des odeurs sur la sexualité | Secrets De Geishaa

    Effets des odeurs sur la sexualité

    On ne peut pas dire que les odeurs n’ont pas leur importance dans notre quotidien, une belle odeur sera toujours plus agréable et produira sur nous un effet de bien-être. Sentir une belle odeur sur soi fait du bien, sentir une belle odeur chez l’être aimé est plaisant, voire bien plus...

     

    Au-delà de ces aspects quotidiens de l’odorat, les odeurs ont leurs rôles à jouer dans notre sexualité. On le voit par exemple dans la publicité, les parfums ont cette symbolique séductrice et d’attraction, le parfum devient l’arme séductrice par excellence.

     

    Nos odeurs corporelles ont elles-mêmes la particularité de pouvoir attirer, voire d’être aphrodisiaques. Il peut y avoir entre deux individus un effet d’attirance sexuelle par l’odeur naturelle du corps. L’odeur de la vulve par exemple est naturellement aphrodisiaque. En effet, d’après certains sexologues, elle contient certaines substances chimiques qui stimulent notre libido. Cela nous mène à devoir vous parler d’un élément naturel du corps connu pour sa capacité d’attraction entre les êtres vivants : les phéromones.

    Les phéromones sont des substances chimiques produites par l’organisme et qui se dégagent du corps pour agir sur un autre individu. Chez les animaux par exemple, il a été observé qu’elles pouvaient déclencher de nombreux types de comportements, notamment le marquage de territoire et la reproduction. Grâce à elles, les animaux peuvent détecter un partenaire sexuel même à des kilomètres.

    De manière générale, on a tendance à croire que l’être humain est un mammifère qui, dans certains cas, fonctionne sexuellement de manière similaire aux animaux. Certaines croyances portent ainsi à croire que, de la même manière que pour les animaux, les humains peuvent agir sous l’influence des phéromones. Les études ont démontré que ce n’est pas tout à fait le cas, ou du moins beaucoup moins que pour les animaux.

     

    Explication :

    L’approche humaine de la sexualité est beaucoup plus cognitive qu’elle ne l’est chez les animaux. Autrement dit, les humains utilisent bien plus la raison, et l’attirance sera de fait plus le résultat d’un conditionnement social. On apprend à être séduit par l’objet de séduction, on apprend au cours de notre vie à l’aimer, à y être attiré…

    En outre, l’approche humaine de la sexualité est très émotionnelle. Ce sont les émotions ainsi que les souvenirs associés à ces odeurs qui produiront l’effet aphrodisiaque de ces dernières. Les odeurs qui auront été associées à un contexte érotique, à une émotion plus ou moins charnelle, vont créer un message aphrodisiaque envoyé à notre cerveau lorsqu’elles seront rencontrées à nouveau. On peut alors parler de mémoire sensorielle, l’odeur reste associée à ce moment érotique.

     

    Le système de récompense jouera un rôle important dans l’effet des odeurs sur notre sexualité. Il poussera à vouloir rechercher certaines odeurs car celles-ci provoqueront chez soi une sensation agréable.

    Pour en revenir à l’effet de l’odeur et des phéromones, nous en déduisons qu’elles jouent un rôle certain, mais il s’agit d’un processus bien plus large et complet, voire complexe, qui les lie au conditionnement, à l’émotion et à notre système cognitif, d’autant plus que les moments sexuels sont les moments où les émotions se dégagent le plus facilement !

     

    Voici une petite liste d’odeurs / de notes parfumées pouvant susciter l’envie selon les personnes, pour vous donner quelques idées :

    -          Le musc ; Vous pouvez retrouver différentes fragrances de musc chez #Secretsdegeishaa

    -          L’Ylang-Ylang ; L’un des ingrédients magiques de notre huile sensuelle « Liberté »…

    -          Le Monoï ; Une note exotique à retrouver dans notre coffret de 6 huiles de massage…

    -          La rose ; Une note parfumée à retrouver dans notre mini bougie de massage senteur pétales de roses…

    -          Les odeurs intimes naturelles…

    -          Les odeurs gourmandes (Vanille, chocolat…) : Chez #Secretsdegeishaa, les odeurs s’allient à la gourmandise, avec l’huile de massage comestible, vous pourrez profiter de l’odeur tout en dégustant votre partenaire, sans parler de l’effet chauffant, avec le froid qui repointe le bout de son nez…

     

     

    Et bien sûr, en fonction des personnes, les préférences sont variables et la mémoire sensorielle jouera un rôle sur l’effet aphrodisiaque d’une note parfumée.

     

     

    Et vous, quelles sont les odeurs qui vous enivrent ?

     

     

    @sens.u.elles pour secretsdegeishaa.com

    Voir plus
    Le cycle Menstruel | Secrets De Geishaa

    Le cycle Menstruel

    Les Cycles Menstruels sont, comme leur nom l'indique, cycliques…

    Les femmes n’ovulent pas en permanence.

     

    Lorsqu’il n’y a pas de pathologies connues, les détenteurs de pénis sont fertiles en continus. Cela veut dire que leurs spermatozoïdes peuvent toujours féconder. En ce qui concerne les détentrices d'utérus, leurs cycles suivent différentes phases.

     

    Les cycles menstruels ainsi que leurs différentes phases ne sont pas toujours vécus de la même façon. Il n’est pas rare que d’un cycle à l’autre nos ressentis diffèrent et qu’ils soient par moment plus intenses que d’autres.

     

    Aujourd’hui il existe tout de même des astuces pour que notre période menstruelle soit plus agréable que désagréable. Nous allons donc vous présenter les différentes phases du cycle, nous allons ensuite aborder les différentes contraceptions existantes et disponibles sur le marché. Puis nous allons parler de la symptothermie, qui est une contraception dite naturelle, avant, bien entendu, de terminer avec les conseils @Secrets_de_geishaa.

     

     

    DIFFERENTES PHASES DU CYCLE

     

    • PRE-OVULATOIRE

    Nous sommes généralement très enthousiastes et plein d’énergie. On peut d’ailleurs constater une créativité en hausse.

    • OVULATOIRE - Ovulation

    Nous sommes généralement de très bonne humeur, en bonne santé avec une énergie sexuelle qui en dit long sur la nature de notre relation avec notre partenaire.

    • PRE-MENSTRUELLE - Le corps n’est pas Fécondé

    Nous ne sommes pas toujours de très bonne humeur. Pour autant, notre créativité peut être très élevée. En ce qui concerne notre sexualité à ce moment de notre cycle, nous avons généralement envie de séduction, de sensualité voir même d’érotisme.

    • MENSTRUATIONS - Règles

    Nous sommes généralement fatiguées physiquement et nous avons besoin de sommeil, plus que la plupart du temps. Mais c’est un mal pour un bien car c’est aussi l’occasion de se reconnecter à soi même et d’enfin oser prendre du temps pour faire ce qui nous ferait du bien.

     

     

    DIFFERENTES CONTRACEPTION

     

    Qui dit Cycle dit Contraception…

    Nous allons donc parler des contraceptions de façon tout à fait générale pour avoir un minimum d’informations sur le sujet.

    Les contraceptions féminines sont nombreuses… Les contraceptions masculines le sont, en revanche, beaucoup moins.

     

    En ce qui concerne la contraception masculine, il en existe seulement trois qui ont véritablement fait leur preuve :

    • Le préservatif masculin, on ne le présente plus…
    • Le retrait, dont l'action est de se retirer juste avant d’éjaculer. C'est la méthode la plus pratiquée en Grande Bretagne juste après 1945.
    • La vasectomie, c'est une opération qui consiste à couper et bloquer les différents canaux qui transportent les spermatozoïdes à partir des testicules. Légale pour TOUTES personnes majeurs qui ont réfléchi au moins pendant 4mois…

     

    En ce qui concerne la contraception féminine, il existe six méthodes différentes malgré des réactions et des appréciations encore mitigées :

    • La contraception naturelle à méthode de suivi du cycle féminin pour toutes les personnes ayant un utérus. C’est une méthode qui nous permet donc d’observer les périodes où nous serions potentiellement fertiles et infertiles.
    • Les méthodes hormonales à pilule, implant, anneau vaginal, patch, injections de progestérone ou stérilet hormonale
    • Le stérilet en cuivre, sensé être plus confortable que les méthodes hormonales bien que son efficacité est moindre comparé à un stérilet hormonale ou à un implant.
    • La ligature des trompes de fallope. C'est une intervention chirurgicale définitive, permanente et irréversible. Légale pour TOUTES personnes majeurs qui en font la demande.
    • La contraception d’urgence, aussi appelée pilule du lendemain, ou le stérilet au cuivre. Ils peuvent être ingéré ou inséré jusqu’à cinq jours après un rapport non protégé.

     

    Malgré ce qu’on essaie de nous faire croire et malgré toutes ces méthodes, j’aimerais rappeler que rien ni personne ne peut vous forcer à prendre ou à porter une quelconque contraception.

     

     

    SYMPTOTHERMIE… UNE DES CONTRACEPTIONS NATURELLES

     

    La Symptothermie est une méthode de suivi du cycle féminin pour toutes personnes ayant un utérus. C’est une méthode qui nous permet donc d’observer les périodes où nous serions potentiellement fertiles et infertiles. Ainsi nous pouvons l’utiliser comme moyen de contraception. Dans ce cas, ce sera une méthode de contraception dite naturelle. Mais on peut également s’en servir comme moyen de conception afin de savoir quel est le moment le plus propice pour la conception d’un enfant. Et enfin, on peut se servir de la Sympthothermie comme simple moyen d’observation.

     

     

    JE TEST LA SYMPTOTHERMIE

     

    En ce qui me concerne, j’ai commencé la prise d’une contraception à l’âge de 16ans, au début de ma vie sexuelle. J’ai donc commencé par une pilule dite douce puis j’ai entamé un traitement contre l’acné qui nécessitait une pilule plus ou moins forte.

     

    J’ai donc commencé cette nouvelle pilule mais très vite j’ai eu des douleurs au niveau de la poitrine et une prise de poids assez conséquente. J’ai tout fait pour changer de pilule mais mon avis et mes ressentis ne comptaient guère puisque j’ai continué avec cette pilule encore quelque temps, jusqu’à ce que je m’impose une fois pour toutes.

     

    J’ai ensuite poursuivie avec quelques pilules qui ne me convenaient absolument pas. De plus, il faut savoir que je suis une personne assez tête en l’air, il m’est donc difficile de ne pas avoir d’oubli… J’ai décidé de passer à l’implant…

     

    Quelle catastrophe !!! (Toujours en ce qui me concerne)

    J’ai eu mes règles tous les jours durant six mois, j’ai eu de l’acné, des douleurs dans la poitrine et toutes les douleurs liées à l’endométriose se sont réveillées du jour au lendemain. J’avais du mal a aller à la selle car c’était très douloureux, j’avais mal au ventre à en tomber par terre et ne plus pouvoir me relever durant des minutes entières, j’avais des règles irrégulières et extrêmement douloureuses, j’avais pris du poids, j’avais des sotte d’humeur, très mal dans le fond du vagin lors de mes rapports sexuels avec pénétration vaginale, une perte de libido etc…

     

    La contraception hormonale va mettre l’ovulation sur pause, il n’est donc pas anormale d’avoir une baisse de libido lorsque l’on est sous hormone. Parfois, cependant, il n’y a aucun effet sur la libido…

     

    Lorsque l’on est vaginique, en processus de guérison, comme je l’étais à l’époque, avoir une baisse de libido peut s’avérer très compliqué…

    J’ai donc pris la décision de tout arrêter !

     

    Aujourd’hui, après plus de deux ans sans aucune contraception, j’ai toujours quelques symptômes désagréables mais je n’ai plus de douleurs dans la poitrine, j’ai des règles régulières, je n’ai plus de problèmes liés au poids ou aux sottes d’humeur, ma libido est au rendez-vous etc… Et surtout, j’ai appris à m’écouter. Je ne sais pas encore, à l’heure près, quand mes règles vont arriver mais j’arrive à savoir le moment où j’entre dans ma période près menstruelle.

     

    CONCLUSION

     

    • Vous avez le DROIT de vouloir des enfants
    • Vous avez le DROIT de ne pas vouloir d’enfants
    • Vous avez le DROIT de choisir votre contraception
    • Vous avez le DROIT de ne pas vouloir de contraception

     

    C’est VOTRE CORPS donc VOTRE CHOIX

     

    « La meilleure contraception c’est celle que vous choisissez » @Martin Winckler

     

     

    CONSEILS @SECRETSDEGEISHAA

     

    • La Tisane @Secretsdegeishaa a fait ses preuves en ce qui concerne les douleurs menstruelles. On peut donc vous conseiller d’en boire un peu avant que vos règles n’arrivent pour préparer votre corps, en boire pendant pour vous soulager et continuer encore un peu après pour détoxifier votre corps en douceur de toutes les éventuelles petites impuretés laissées par notre organisme.
    • Se masturber pendant cette période peut considérablement réduire les douleurs de règles. On peut donc vous conseiller notre Satisfyer pro 2 pour une stimulation clitoridienne et un orgasme garanti, votre chéri peut participer aussi .
    • Enfin s’imposer quelques moments de détente peut être le bon compromis pour mieux vivre cette période. Seule ou à deux nous vous proposons ces produits pour un moment détente:
    • Huiles de Massage
    • Culottes Menstruelles
    • Coffrets de Massage
    • Agenda Secrets de Geishaa

     

    Voir plus
    L’ABLATION DES SEINS OU UNE POITRINE DIFFERENTE N’EMPECHE PAS DE SE SENTIR FEMININE ET D’AVOIR UNE SEXUALITE EPANOUIE | Secrets De Geishaa

    L’ABLATION DES SEINS OU UNE POITRINE DIFFERENTE N’EMPECHE PAS DE SE SENTIR FEMININE ET D’AVOIR UNE SEXUALITE EPANOUIE

    QU’EST-CE QUE L’ABLATION DES SEINS ?

     

    Lorsque le cancer du sein est précoce, on pratique une mastectomie, une intervention qui consiste à retirer les glandes mammaires de la poitrine. Cependant, cette opération peut être totale ou partielle. En effet, on peut décider de laisser l’aréole par exemple et le mamelon mais c’est surtout et avant tout une décision au cas par cas entre vous-même et vos praticiens pour votre santé.

     

     

    POURQUOI PRATIQUE-T-ON LA MASTECTOMIE ?

     

    On peut pratiquer une mastectomie si on estime que la tumeur est beaucoup plus volumineuse que la taille du sein, si le sein contient plusieurs tumeurs, si le cancer à d’abord été traité par chimiothérapie mais que ce n’est pas ou plus suffisant, si il y a une récidive du cancer ou encore après une mastectomie partielle qu’il faut compléter parce que la tumeur reste malgré tout persistante.

     

     

    TOUTES LES FEMMES SONT-ELLES CONCERNEES ?

     

    D'une manière générale, l'indication de l'ablation du sein est prise lorsque l'on estime qu'un traitement conservateur du sein comporterait un risque important de récidive locale ou de traitement incomplet au niveau du sein. Ces situations correspondent précisément aux cas où la tumeur dépasse une certaine taille ou une certaine proportion par rapport à la taille du sein :

    • Un cancer infiltrant du sein dont le volume représente plus du tiers ou de la moitié du sein. Le chirurgien juge si le volume restant du sein est suffisant ou non pour pouvoir avoir une forme satisfaisante. Si ce n'est pas le cas, il vaut mieux faire une ablation du sein avec une reconstruction.
    • Un cancer infiltrant qui n'a pas diminué de volume après chimiothérapie
    • Un cancer in situ étendu dont la taille ne permet pas d'obtenir un résultat esthétique ou carcinologique satisfaisant. Dans ce cas une reconstruction immédiate est presque toujours possible.
    • Les tumeurs multifocales (plusieurs tumeurs dans des quadrants différents du même sein).
    • Les récidives d'un cancer du sein déjà traité par un traitement conservateur.
    • Une chirurgie prophylactique dans certaines situations, après validation en RCP.

    Il existe également certaines femmes que l’on considère comme « des femmes à risques » c’est-à-dire qu’elles ont un fort risque de développer un jour le cancer du sein. En effet, elles sont porteuses du gène BRCA1 ou BRCA2. Leur probabilité de déclarer un jour le cancer du sein est donc de 80%. Pour ces femmes-là, l’ablation du sein est une opération préventive. Elles n’ont pas encore déclaré de cancer du sein mais on les opère tout de même par précaution.

     

     

    AVANT OPERATION

     

    La patiente est invitée à rencontrer son chirurgien afin qu’il puisse lui exposer les faits, lui expliquer le déroulement de l’opération mais également dans le but de répondre aux éventuelles questions / inquiétudes de la patiente. Elle est également invitée à rencontrer l’anesthésiste car une anesthésie générale va être pratiquée. Il faut donc que l’anesthésiste lui expose les différents risques, qu’il ait connaissance des antécédents médicaux de la patiente et qu’il vérifie qu’elle ne soit pas allergique à l’un des composants administrés le jour de l’intervention.  Il pourra, lui aussi, répondre aux différentes questions / inquiétudes de la patiente.

     

     

    PENDANT L’OPERATION

     

    Au cours de l'intervention, les ganglions lymphatiques dans l'aisselle sont prélevés puis analysés, pour voir si le cancer est resté localisé ou s'il s'est étendu. (Soit on enlève juste le ganglion sentinelle qui est le premier relai ganglionnaire qui peut être atteint par le cancer soit il est fait un curage axillaire où on enlève entre 10 et 20 ganglions lymphatiques.)

     

    La mastectomie est pratiquée sous anesthésie générale, par un chirurgien sénologue. Elle nécessite donc quelques jours d'hospitalisation. Lors de l'opération, le chirurgien retire toute la glande mammaire. La quantité de peau à retirer dépend du type de cancer. Dans certains cas, l'aréole et le mamelon sont laissés en place, il est donc pratiqué dans le même temps une reconstruction immédiate du sein par implant.

     

    Une reconstruction mammaire est obligatoire si on décide de laisser l’aréole et le mamelon en place. Cette reconstruction peut se faire malgré les traitements comme la chimiothérapie ou la radiothérapie qui sont bien souvent des traitements nécessaires pour le suivi post mastectomie.

     

     

    APRES L’OPERATION

     

    L’opération est pratiquée sous anesthésie générale et les médicaments prescrits ensuite ont pour but de limiter au maximum la douleur. Comme pour toutes opérations il peut, cependant, y avoir quelques résistances.

     

    Suite à l’opération, un suivie régulier et rigoureux est mis en place afin de vérifier qu’il n’y ai pas de récidive ou de métastases. Des traitements peuvent également être mis en place comme les traitements par chimiothérapie ou par radiothérapie.

     

     

    PEUT- ON PRATIQUER UNE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ?

     

    Toute femme, quel que soit son âge ou le degré d'avancement de son cancer du sein peut, si elle le souhaite, être candidate à une reconstruction sous réserve de son état général de santé et notamment de ses facteurs de risque de complications après la chirurgie (tabagisme, surpoids important).

     

    COMMENT "REVIVRE" APRES UNE TELLE OPERATION ?

    N'oubliez pas que, pour commencer, vous êtes passées par cette épreuve pour sauver votre vie. Ensuite, dans certains cas, une reconstruction mammaire est envisageable mais si ce n'est pas le cas, il vous faudra travailler sur votre rapport au corps mais également sur le regard des personnes que vous allez croiser. 

    Pour travailler sur votre rapport au corps, vous pouvez prendre le temps de vous regarder, de vous contempler et de vous masser. Je me doute qu'il est certainement plus facile de le dire que de le vivre. Néanmoins, je reste convaincue que plus vous allez vous regarder et vous toucher, plus votre regard va s'adoucir. Vous pouvez également demander à la personne qui partage votre vie, s'il y en a une, de vous masser, de vous regarder et de vous dire ce qu'elle en pense. Bien souvent, notre perception est bien plus dur que celle des personnes qui nous entourent. Nous sommes sévère avec notre propre corps et pour tout de façon général. 

    Mais vous pouvez également vous faire accompagner afin d'exprimer ce que vous ressentez à une personne tiers, qui n'aura ni jugement ni parole à votre encontre. 

    Tous ces petits tips font que vous arriverez à vous apprécier en tant que personne, à reprendre confiance en vous, à vous affirmer et réaffirmer votre féminité. 

    La féminité ne dépend pas du corps que l'on a mais de la personne que l'on est.

     

    CONSEILS @SECRETSDEGEISHAA

     

    - Toujours consulter votre généraliste ou gynécologue en cas de doute.

    - Prendre le temps de se regarder et de se masser avec des produits adéquates comme l'huile au beurre de karité, à l'huile de coco. 

    - Prendre le temps d'échanger des moments intimes avec votre partenaire afin de vous retrouver et de vous sentir belle a travers un regard différent du votre. 

     

     

     

    Ecris par @Ingredientsdebonheur pour @Secretsdegeishaa

    Voir plus
    Octobre Rose | Secrets De Geishaa

    Octobre Rose

    Pour commencer, le mois d’octobre met à l’honneur toutes les femmes qui se sont battus, qui se battent et qui se battront pour lutter contre le cancer du sein.

    Ensuite, ce mois met à l’honneur les personnes qui se battent pour que les recherches médicales et scientifiques évoluent mais également pour que l’information et la sensibilisation soient diffusées et puissantes.

    Enfin, pour terminer, ce mois d’octobre permet de réunir les fonds nécessaires pour aider et soutenir les chercheurs et les soignants.

     

     

    QU’EST-CE QUE LE CANCER DU SEIN ?

     

    Le cancer du sein est un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et se rassemblent en vue de former une masse appeler « tumeur ».

    Ces tumeurs vont ensuite évoluer, de différentes manières, d’une femme à l’autre. En effet, certaines vont évoluer très rapidement, tandis que d’autres vont évoluer très lentement. Ces cellules vont soit rester dans le sein soit décider de migrer dans les organes proches. Les cellules qui décident de se propager dans les organes autour du sein s’appellent les métastases.

     

    Le cancer du sein met, quoi qu’il en soit, quelques mois voir même quelques années à se développer.

     

    Lorsqu’une anomalie est constatée lors d’un palpé mammaire ou lors d’une consultation auprès de votre généraliste ou auprès de votre gynécologue, c'est l'examen anatomopathologique des tissus prélevés au niveau de l'anomalie qui établit le diagnostic de cancer du sein. Ce prélèvement au niveau de l'anomalie est le plus souvent réalisé par micro ou macro biopsies à travers la peau.

     

    Différents types de traitements peuvent être proposés pour combattre le cancer du sein :

    • la chirurgie,
    • la radiothérapie,
    • l'hormonothérapie,
    • la chimiothérapie
    • les thérapies ciblées.

     

    Il arrive quelque fois qu’un seul de ces traitements soit suffisant pour l’éradication de ce cancer, mais il arrive aussi très fréquemment qu’on soit obligé d’allier plusieurs de ces traitements pour maitriser au mieux la maladie.

     

    Le traitement est, quoi qu’il arrive, personnalisé en fonction de votre situation. En effet, après une assemblée de concertation pluridisciplinaire, les médecins vous convoquent et vous proposent le traitement le plus adapté.

     

    Ces traitements peuvent avoir des effets secondaires mais la prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic, pendant et après les traitements (soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur).

    QUELS AUTRES CANCERS PEUVENT CONCERNER LES FEMMES ?

     

    Hormis les cancers généraux qui peuvent concerner l’ensemble des femmes ou des hommes parce qu’ils touchent les organes, les os ou directement le sang, les femmes peuvent être sujettes aux cancers suivants :

    • Cancer du Col de l’Utérus
    • Cancer des Ovaires

     

    • Cancer du Col de l’Utérus :

     

    Pour commencer, le col de l’utérus est la partie basse et étroite de l’utérus. Le cancer du col de l’utérus est donc une maladie qui se situe sur le tissu qui recouvre le col de l’utérus.

     

    Ce cancer provient généralement d’une infection persistante par un virus qui se transmet par voie sexuelle.

    Lorsque ce virus s’installe au niveau du col de l’utérus, il peut provoquer des lésions de l’épithélium autrement dit des lésions cancéreuses. Malgré cela, il est rare que ces lésions évoluent vers un cancer surtout qu’un cancer apparait généralement 10 à 15 ans après l’infection persistante par le virus.

     

    Les femmes procèdent au frottis, qui est un prélèvement de cellules au niveau du col de l’utérus, lors de leur suivi gynécologique. Ce frottis va permettre à toutes ses femmes de détecter d’éventuelles anomalies. Si le gynécologue n’est pas satisfait des analyses effectuées, il pourra demander des examens complémentaires.

    Pour établir le diagnostic, des prélèvements (biopsies ou conisation) sont réalisés au niveau des lésions. C’est l’examen anatomopathologique de ces prélèvements qui confirme le diagnostic de cancer du col de l’utérus. L’étendue de la maladie est ensuite déterminée grâce à des examens d’imagerie et en particulier par une IRM du pelvis.

    Vous pouvez également demander une consultation auprès de votre gynécologue ou de votre généraliste si des symptômes anormales apparaissent en dehors de vos visites de contrôle.

     

    Le plus souvent c’est la chirurgie qui est pratiquée en vue de vous retirer l’utérus, des organes voisins si nécessaire et les ganglions lymphatiques. Cette chirurgie est pratiquée lorsque les tumeurs se sont arrêtées au col de l’utérus et ne dépassent pas les 4cm de diamètre.

    Lorsque les tumeurs vont au-delà du col de l’utérus et dépassent les 4cm de diamètre on préconisera plutôt une radiothérapie externe, une curiethérapie et une chimiothérapie.

    Mais il peut arriver, malheureusement, que le cancer touche des organes voisins ou éloignés. On parlera alors de métastases et on procédera à une une chimiothérapie et/ou une radiothérapie

     

    Pour terminer, comme pour le cancer du sein, le traitement est, quoi qu’il arrive, personnalisé en fonction de votre situation. En effet, après une assemblée de concertation pluridisciplinaire, les médecins vous convoquent et vous proposent le traitement le plus adapté. Toujours comme pour le cancer du sein, ces traitements peuvent avoir des effets secondaires mais la prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic, pendant et après les traitements (soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur).

     

     

    • Cancer des Ovaires :

     

    L’ovaire est constitué de tissus de différentes natures, plusieurs types de cancers peuvent donc s’y développer.

     

    Les tumeurs les plus fréquentes sont les tumeurs épithéliales qui se développent aux dépens de la couche de tissu qui enveloppe l’ovaire. On parle alors d’adénocarcinome.
    Ces adénocarcinomes représentent 90 % des tumeurs de l’ovaire. Parmi les tumeurs épithéliales certaines sont dites « borderline », c’est- à-dire qu’elles ont une forme intermédiaire entre les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes. En dehors des tumeurs épithéliales, il existe également des tumeurs plus rares qui affectent le stroma (le tissu qui entoure les ovules situés dans l’ovaire) ou les cellules germinales (qui sont les cellules situées à l’intérieur de l’ovule).


    Enfin, le cancer peut être soit localisé à l’ovaire, soit étendu à des organes de voisinage, dans l’abdomen (intestin, utérus, trompes, vessie, foie, rate) ou encore disséminé à travers la circulation sanguine ou lymphatique et alors affecter d’autres organes plus distants. On parle alors de métastases à distance (au foie ou au poumon par exemple).

     

    Ce cancer peut mettre du temps à être diagnostiqué car il envoie peu de signaux au début de son évolution. Il est donc souvent diagnostiqué à un stade un peu évolué, lorsque l’ovaire à un volume important et que les organes voisins sont comprimés.

     

    Les premiers symptômes faisant leurs apparitions sont des ballonnements, des douleurs dans le bas ventre, des troubles digestifs, des envies fréquentes d’aller uriner, une perte de poids ou encore une fatigue chronique.

     

    Pour constater qu'il y a bien une anomalie ou non, on commencera par un examen gynécologique suivi d’une échographie vaginale puis d’une prise de sang. Votre gynécologue pourra ensuite demander des examens complémentaires comme un IRM ou un scanner en vue de mesurer la taille de la tumeur et de vérifier si les ganglions lymphatiques ainsi que les organes voisins sont touchés ou non.

    En revanche, ce n’est que lors de la chirurgie que les médecins pourront constater si cette tumeur est bien cancéreuse.

     

    La chirurgie est donc malheureusement indispensable en cas de tumeur. Si les cellules sont bien cancéreuses on procédera à l’extraction des ovaires et parfois même des trompes de Fallope et de l’utérus. Cela ne dépendra que de l’étendu du cancer.

     

    Les médecins peuvent aussi pratiquer une chirurgie conservatrice, en fonction de l’âge de la patiente et de son désir d’enfant, mais ce n’est envisageable que si la tumeur est peu évoluée. Cette chirurgie consiste donc à n’enlever que l’ovaire touché et à conserver un ovaire, un trompe de Fallope et l’utérus.

     

    Ensuite, il faut savoir que la chirurgie peut se suffire à elle seule si le cancer est peu évolué. Cependant, si les médecins estiment que la tumeur est trop étendue, ils proposeront une chimiothérapie avant de procéder à la chirurgie.

     

    Malheureusement, les traitements du cancer de l’ovaire sont en pleine progression, ils ne sont pas encore aussi « élaborés » que pour le cancer du sein ou le cancer du col de l’utérus. En effet, les traitements actuels du cancer de l’ovaire progressent grâce au développement de nouvelles molécules complémentaires de la chimiothérapie. Les traitements anti-angiogéniques (qui bloquent la croissance des vaisseaux autour de la tumeur et « l’affament ») ou d’autres traitements thérapeutiques dits ciblés offrent une nouvelle option. Une radiothérapie peut aussi être indiquée après la chirurgie pour certaines patientes, mais plus rarement que la chimiothérapie.

     

    Ces traitements peuvent avoir des effets secondaires.

    En effet, ces traitements peuvent provoquer une ménopause précoce et tous les inconvénients qui l’accompagnent tels que l’infertilité, les bouffées de chaleurs, les sueurs, les troubles de l’humeur et du sommeil etc…

     

    Pour terminer, une prise en charge globale peut être effectuée sur la demande de la patiente.

     

    Conseils @Secretsdegeishaa :

     

    • Allez voir son gynécologue pour des visites de contrôle au moins une fois par an.
    • Allez voir son gynécologue si vous constatez des anomalies.
    • Prendre le temps de prendre soin de soi.

     

    Ecrits par @Ingredientsdebonheur pour @Secretsdegeishaa 

    Voir plus
    Tout savoir sur nos Mamelons | Secrets De Geishaa

    Tout savoir sur nos Mamelons

    CONSTITUTION D’UN MAMELON

    Le mamelon est la partie du sein qui va se durcir et s’élever au milieu de l’aréole, à la pointe de la glande mammaire.

    Il est constitué de canaux galactophores qui sont des petits conduits par lesquels le lait est amené vers les orifices du mamelon (lactation). Ils sont composés de tissu conjonctif lâche et de fibres élastiques qui facilitent la dilatation et la contraction. Leur nombre varie entre quinze et vingt.

     

    FONCTIONS DU MAMELON

    Le mamelon représente le conduit par lequel sort le lait lorsqu’une femme donne la vie. Le lait permet ainsi de donner tous les nutriments nécessaires au bon développement d’un nouveau-né.

    Outre sa fonction d’allaitement qui dans certains cas peut même toucher les hommes, le mamelon a une fonction de thermomètre et une fonction sexuelle.

    En effet, le mamelon va se durcir et pointer lorsqu’on frissonne de désir et de plaisir. En outre, une température trop fraiche ou un frottement de tee-shirt peuvent également le faire réagir.

    Lorsque je vous indiquais que dans certains cas l’allaitement peut concerner les hommes c’est parce qu’il arrive après un choc émotionnel, comme le décès d’une femme après l’accouchement ou suite à une maladie, que le corps de l’homme se mette à produire du lait afin de répondre aux besoins nutritionnels du nouveau-né. C’est assez rare mais ce phénomène est arrivé dans quelques pays du monde.

     

    FORMES DU MAMELON

    Chaque mamelon est situé au centre du sein. Il présente normalement une forme conique et une couleur rose pâle qui s'assombrit pendant la grossesse. D’ailleurs ce n’est pas le seul changement observé pendant la grossesse. En effet, la forme et la taille du mamelon, exactement comme le sein, vont être modifié également.

    Au même titre que la poitrine, en temps normal, le mamelon a une forme et une taille variable d’une femme à l’autre, il n’est pas tout à fait similaire d’une personne à l’autre. En effet, il peut être lisse, saillant ou rentré.

    Les mamelons sont généralement orientés vers le haut et légèrement vers les côtés, ce qui rend l' allaitement plus facile. Le mamelon et l'aréole contiennent des fibres musculaires lisses qui peuvent se contracter par réaction au froid, à une stimulation sexuelle ou lorsque le bébé tète. L'aréole se rétracte alors et le mamelon se redresse. Pendant l'allaitement, les canaux sont pressés par une action involontaire, ce qui permet de faciliter la libération de lait.

    Enfin, il arrive que le mamelon soit plat ou ombiliqué. La encore pas de panique. Les mamelons plats ne dépassent pas beaucoup de l'aréole (la zone sombre qui les entoure) même lorsqu'ils sont soumis à une stimulation. Mais pour autant, ils n'empêchent pas la stimulation ou l'allaitement. Par exemple, pour l'allaitement, ils vont ressortir mais si ce n'est pas le cas, il existe des supports adaptés pour que le lait puisse arriver jusqu'au nouveau né.

    ANOMALIES DU MAMELON

    En revanche, si le mamelon normalement saillant se rétracte, cela peut indiquer une anomalie. Dans ce cas-là il ne faut pas hésiter à consulter votre médecin généraliste ou votre gynécologue qui pourra soit vous rassurer, soit vous confirmer qu’il s’agit bien d’une anomalie. Votre médecin pourra alors vous donner des examens complémentaires à réaliser pour connaitre l’origine et la détermination de cette anomalie en vue d’enrayer la situation.

    Il existe des anomalies telles que les changements cutanés, telles que l’apparition de différentes masses ou encore l’écoulement mamelonnaire. Ces anomalies peuvent être bénigne ou maline.

    • CHANGEMENTS CUTANES : L’eczéma peut faire son apparition et être associé à des symptômes de dermatite. Si les symptômes ne s’améliorent pas, il faudra tout de même faire des examens complémentaires afin de s’assurer qu’il ne s’agisse pas de la maladie de Paget. En effet, l’eczéma, la dermatite (quelle que soit son origine) ou encore le psoriasis restent des anomalies bénignes. En revanche, la maladie de Paget, qui peut être associée à une maladie de la peau, est une maladie maligne. La maladie de Paget du mamelon doit être évoquée sur la base de manifestations cliniques spécifiques, particulièrement s'il y a des changements de la peau de façon unilatérale qui sont associés à une masse mammaire, à des calcifications ou à un écoulement mamelonnaire.

     

    • MASSES : La plus part du temps, les masses sont bénignes. Les plus fréquentes incluent les kystes, fibroadénomes, adénomes, papillomes, galactocèles et abcès. Ce qui est complexe est qu’il est parfois difficile de différencier un abcès d’une masse maligne. En effet, l’abcès est connu pour prendre une forme parfois irrégulière faisant référence à une problématique maligne. Il faudra donc faire des examens complémentaires et minutieux afin de détecter la véritable anomalie.

     

    • ECOULEMENT MALEMONNAIRE : L’écoulement mamelonnaire est fréquent. Cependant il existe deux types d’écoulements. L’écoulement à bas risques et l’écoulement à risques élevés. Un écoulement "à bas risque" est défini comme étant: 1) expressible 2) bilatéral 3) multiorificiel (provenant de plusieurs orifices) et 4) verdâtre, jaunâtre ou laiteux. Les sécrétions à bas risque sont le plus souvent le résultat d'une hyperprolactinémie, d'une ectasie canalaire et/ou de changements fibrokytiques avec ou sans kystes communicants identifiables. Les sécrétions à bas risques de malignité ne nécessitent pas d'investigation radiologique.

     

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    - Une augmentation mammaire peut causer une perte de sensation dans vos tétons. En effet, une étude a montré que plus l'implant est gros, plus la personne est susceptible de déclarer une perte de sensation. C'est aussi vrai pour la réduction, la perte de sensation pourrait être partielle, voire totale.

    De toutes les manières, il est nécessaire d’aller voir un médecin quel qu’il soit dès qu’on observe une apparition différente de ce que l’on connait habituellement. De plus, il est recommandé d’aller voir le médecin généraliste ou le gynécologue une fois par an dès l’âge de 20ans afin de contrôler qu’il n’y ait pas de quelconque anomalie ou si jamais, de pouvoir la détecter à temps.

    - Vos mamelons n'aiment pas le sport ou devrait-on dire le frottement permanent des tétons contre la brassière de sport qui fait qu' après une séance de sport ils peuvent être secs, irrités même avoir quelques rougeurs. Pensez donc à bien les hydrater avant et après une séance d'entraînement afin de les faire souffrir le moins possible.

    - Certaines personnes ont les mamelons inversés.
    Cela signifie qu'au lieu de pointer vers l'extérieur, les mamelons sont enfoncés dans la peau et pointent vers l'intérieur. Certains ont recours à la chirurgie pour « réparer » leurs mamelons inversés, mais c'est en général un choix esthétique, explique Elisa Port. Fait intéressant, elle souligne : « [je suis] toujours prudente au moment de demander si c'est récent ou de longue date, lorsque je vois une patiente avec les mamelons inversés. Si c'est récent, cela peut être le signe d'un cancer sous ce mamelon qui le tire en arrière ». Si vous vous découvrez un mamelon nouvellement inversé, consultez un médecin dès que possible.

     

     

    CONSEILS @SECRETSDEGEISHAA

     

    • Allez voir le Médecin Généraliste ou le Gynécologue dès qu’il y a le moindre doute ;
    • Allez voir le Médecin Généraliste ou le Gynécologue 1 fois par an ;
    • Utilisez des produits Hydratants et Nourrissants de Bonnes compositions comme le Baume de Baubo-Paris ;
    • N’hésitez pas à Stimuler vos Mamelons à l’aide de produits comme le Nipple Play afin de Réveiller TOUS vos sens… (Attention à la composition des produits qu’on applique sur la poitrine) ;
    • Stimuler vos mamelons avec des glaçons ou des caresses pour faire monter le plaisir sexuel de façon plus intense.

     

    Rédigé par @Ingredientsdebonheur pour @Secretsdegeishaa 

    Voir plus
    Tout savoir sur l'importance de Materner nos Seins | Secrets De Geishaa

    Tout savoir sur l'importance de Materner nos Seins

    « Les seins sont constitués d'une glande mammaire, de tissu conjonctif et de tissu graisseux. C'est ce tissu graisseux qui leur donne forme et volume. Recouverts par la peau, ils arborent en leur centre une région pigmentée appelée aréole mammaire qui elle-même entoure le mamelon (orifice d'éjection du lait). »

     

    Les femmes sont les seuls être vivants à avoir une poitrine si imposantes. En effet, lorsque l’on observe toutes sortes d’animaux et plus particulièrement les femelles, elles n’ont pas de poitrines si proéminentes sauf dans le cas où elles allaitent alors que les femmes n’ont quant à elles pas besoin d’être enceintes ou d’allaiter pour avoir une telle poitrine.

     

    En outre, la poitrine peut avoir plusieurs fonctions, elle peut être une zone érogène et favoriser le plaisir lors des rapports sexuels mais elle permet également d’allaiter et de donner tous les nutriments nécessaires au bon développement d’un nouveau-né.

     

    Une poitrine est alors tout aussi importante, si ce n’est plus, que n’importe quelle partie de notre corps. Il faut ainsi en prendre soin mais il faut également apprendre à se toucher et à se palper. Non seulement parce qu’elle peut être, à elle seule, une zone très érogène mais également parce qu’en prenant l’habitude de vous palper vous saurez détecter les anomalies telles que les cancers du sein.

     

    D’une femme à l’autre la poitrine peut avoir une forme ou une taille différente et il se peut même qu’un de nos seins soit plus imposant que l’autre mais cette asymétrie s’observe sur quasiment l’ensemble et notre corps.

     

     

    LES SEINS… UNE ZONE PARTICULIEREMENT EROGENE !

     

    Exactement de la même manière qu’un gland (de Pénis ou de Clitoris) le sein peut se gorger de sang s’il est correctement stimulé. Il va donc se contracter. Le mamelon quant à lui va se durcir au fur et à mesure que le sein se gorge de sang.

     

    Toutes les femmes n’apprécient pas les caresses mais dès lors qu’une femme est réceptive, on observe que le mamelon du sein se met en érection.

     

    La poitrine de façon générale peut donc être une zone très érogène. Bien entendu, comme tout ce qui concerne la sexualité, il y a la notion de consentement à respecter mais il y a aussi le facteur appréciation qui compte tout autant. En ce qui concerne les caresses en elles même, il n’y a pas de meilleure façon qu’une autre de les exécuter, seule la communication pourra vous guider dans ce que vous ou votre partenaire appréciez ou non. Attention tout de même car une femme qui a des frissons de plaisir ou des frissons de froid aura la même réaction mais pas les mêmes attentes…

     

    UNE POITRINE CA SE PALPE POUR VERIFIER QU’IL N’Y AI PAS D’ANOMALIE..

     

     

     

    LES ANOMALIES QUE NOUS POUVONS DETECTER…

     

    • Une variation de la taille et de la forme de l'un de vos seins ;
    • Une boule palpable ;
    • Une rétractation de la peau (du sein ou du mamelon) ;
    • Un épaississement de la peau ;
    • Une rougeur ou des veines apparentes ;
    • Un écoulement au niveau d'un mamelon ;
    • Toute anomalie d'apparition récente.

    Si vous observez l’une de ces anomalies, on vous conseille de consulter votre gynécologue ou votre généraliste qui pourra vous rassurer ou vous prescrire des examens complémentaires à réaliser.

     

    LES EXAMENS QUI PEUVENT ÊTRE REALISES…

     

    • La Mammographie : Radiographie des seins réalisée à l’aide de rayons X par un.e radiologue pour visualiser l’intérieur des seins ;
    • L’Echographie mammaire : Echographie des seins réalisée à l’aide d’Ultrasons pour visualiser l’intérieur des seins et compléter la mammographie ;
    • L’IRM mammaire : IRM des seins est réalisée entre le 8ème et 12ème jour du cycle afin d’apporter des informations complémentaires à l’échographie mammaire ou à la mammographie. Elle est généralement réalisée en cas d’anomalies afin de déterminer si celles-ci sont bénignes ou non, en cas de doute, en cas de biopsie afin de la guider au mieux ou encore en cas de chimiothérapie ou pour surveiller l’état des implants mammaires si jamais il y a eu recours à la chirurgie ;
    • La Biopsie : Biopsie réalisée pour analyser au microscope les cellules du seins afin de déterminer si l’anomalie détectée lors des précédents examens est cancéreuse ou non. Il existe plusieurs types de biopsie en fonction de l'endroit où se trouve l’anomalie.

     

    3 TYPES DE MALADIES ET AFFECTIONS…

     

    • Les Cancers du sein : Tumeur maligne qui touche la glande mammaire ;
    • Les Tumeurs non cancéreuses : Les mastopathies non cancéreuses, mastose, adénose, adénome, fibrome, adénofibrome, dystrophie fibreuse, kyste, dysplasie fibro-kystique, hyperplasie bénigne, etc ;
    • La Mastodynie : Douleur localisée au niveau du sein. Elle peut se manifester par lancement, brûlures ou crampes, etc.

     

    L’EXAMEN GYNECOLOGIQUE…

     

    En dehors de ces inquiétudes qui peuvent vous mener à consulter votre médecin généraliste ou votre gynécologue, il est recommandé de consulter, une fois par an dès l’âge de 20ans, votre médecin qu’il soit gynécologue ou non afin de faire un bilan annuel.

     

    La première fois que vous allez consulter un gynécologue, il ne vous fera pas spécifiquement d’examen gynécologique. Il vous posera des questions sur votre personne, vos habitudes ainsi que sur votre éventuelle contraception afin de constituer votre dossier médicale.

     

    En revanche, les fois d’après, il peut vous demander de vous déshabiller (intégralement ou pas selon l’examen réalisé) afin de procéder à un toucher vaginal, à un frottis ou encore à un touché mammaire.

     

    Si votre médecin présente une quelconque inquiétude alors il n’hésitera pas à vous demander de réaliser des examens complémentaires comme ceux cités un plus haut dans cet article.

     

    Si vous êtes mal à l’aise, il ne faut pas hésiter à en faire part à votre médecin ou encore à votre entourage. Votre médecin est la pour vous rassurer et non pour vous traumatiser. De plus, votre médecin doit toujours vous ausculter avec prévenance et consentement. Vous avez le droit d’emmètre une opposition si vous vous ne sentez pas à l’aise avec votre médecin.

     

     

    CONSEIL @SECRETSDEGEISHAA

     

    • Prenez soin de vous palper au moins une fois par semaine ;
    • Prenez soin d’appliquer une crème suffisamment riche (avec une composition adéquate) pour hydrater et nourrir votre peau ;
    • Consulter votre médecin au moins une fois par an en vue de réaliser une bilan annuel.

     

    Rédigé par @Ingredientsdebonheur pour @Secretsdegeishaa

    Voir plus
    Tout savoir sur les Lèvres Externes et Internes | Secrets De Geishaa

    Tout savoir sur les Lèvres Externes et Internes

    Les Petites Lèvres ou Divinité Grecque…

    Commençons par le commencement: les petites lèvres / lèvres internes portent également le nom de « Nymphes ». C’est un nom poétique qui fait référence aux divinités de l’Antiquité personnifiant divers éléments de la nature comme les sources et les rivières.

    Malheureusement, nous sommes dans une société ou « NORMALITE » est le seul mot d’ordre alors que paradoxalement, nous souhaitons toutes nous affirmer, nous démarquer, nous différencier pour montrer à quel point nous sommes uniques.

    Si nous sommes uniques… Pourquoi complexer sur des parties de notre corps ?

     

     

    Fonction des Petites Lèvres…

    Les petites lèvres / lèvres internes sont très différentes d’une femme à l’autre. En effet, elles sont asymétriques, tout comme les bourses des hommes. Nos petites lèvres / lèvres internes sont, de plus, généralement de tailles, de formes et de couleurs différentes. 

    Les seules caractéristiques qui les rassemblent toutes sont qu’elles sont très innervées et imberbes. Mais ce n’est pas tout puisqu’elles ont toutes pour fonction de protéger le clitoris, l’entrée du vagin ainsi que l’urètre. Enfin, pour terminer avec leurs similitudes, il faut savoir qu’elles jouent un rôle dans notre sexualité.

    En d’autres termes, comme pour n’importe quelle partie de notre corps, les petites lèvres / lèvres internes présentent des différences et des similitudes.

     

    L’adolescence… Un moment Important !

    De la même façon que pour la poitrine ou les hanches, c’est à l’adolescence que se développent les petites lèvres / lèvres internes. Elles vont même jusqu’à dépasser les grandes lèvres / lèvres externes, dans la majorité des cas.

    D’ailleurs, parler de la majorité des cas me semble erroné parce qu’en réalité, il existe autant de tailles, de couleurs ou de formes de petites lèvres / lèvres internes qu’il existe de personne sur terre.

     

    Des différences…

    En effet, les lèvres sont de couleurs différentes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur mais aussi et surtout selon les personnes. Les lèvres sont également de couleurs différentes par rapport à la couleur du reste de notre corps.

     

    Un organe sexuel…

    Lorsque l’excitation monte (et surtout l’afflux sanguin), les petites lèvres / lèvres internes peuvent gonfler et changer de couleur. De plus, comme dit plus haut, elles sont très innervées, donc très sensibles aux caresses. Et si les petites lèvres / lèvres internes sont gonflées pendant le rapport, il arrive qu’elles le restent pendant quelques minutes pour ne pas dire quelques heures.

     

    Nymphoplastie et Mutilation…

     

    Pour terminer avec les petites lèvres / lèvres internes, certaines personnes sont tellement complexées qu’elles vont jusqu’à la nymphoplastie : une intervention chirurgicale en vue de réduire ou modifier, tout simplement, les petites lèvres. C’est une opération qui peut être douloureuse et risquée car rappelons le, les petites lèvres ou nymphes, sont très innervées.

    Parfois la forme des petites lèvres est telle que cela peut engendrer une gêne, voire même une douleur au quotidien. En effet, lorsque les petites lèvres sont trop grandes par rapport aux grandes lèvres, ces nymphes, très innervées, subissent un choc permanent dû au frottement de notre lingerie, de nos vêtements ou encore dû à une activité sportive par exemple… Dans ce cas-là, un médecin et seulement un médecin pourra vous conseiller, peut-être, la nymphoplastie en vue d’améliorer votre confort quotidien.

    Mais au-delà de la nymphoplastie, certaines personnes subissent des mutilations telles que l’excision du clitoris et des petites lèvres. Des sutures des petites lèvres, lorsque celles-ci ne sont pas coupées, sont également pratiquées dans le cadre de certaines coutumes. Ces actes n'ont rien à voir avec la nymphoplastie, qui, pour le coup, est une opération effectuée par des médecins pour des questions d’esthétisme ou de confort.

     

    Conseil de @Secretsdegeishaa

     

    • Avant TOUT allez consulter un médecin ;
    • Utiliser des sous-vêtements larges et en cotons. (Comme les culottes Menstruelles So-cup) ;
    • Pensez à bien Hydrater / Nourrir votre vulve avec des produits adaptés comme avec le Baume Baubo, afin d’apaiser votre vulve.

     

     Rédigé par  @Ingredientsdebonheur pour @Secretsdegeishaa 

    Voir plus
    Tout savoir sur l'Hymen | Secrets De Geishaa

    Tout savoir sur l'Hymen

    Définition de l’Hymen…

     

    L'hymen est une petite membrane qui ferme partiellement l'orifice vaginal, à 1 centimètre environ de l'entrée de celui-ci. L'obturation n'est que partielle pour permettre l'écoulement des règles. L'hymen n'a aucune utilité physiologique : il s'agit du vestige embryonnaire de la membrane qui sépare à l'origine les deux parties différentes du vagin d'origine embryonnaire. Comme l'explique la définition de l'académie de Médecine : "A partir de la puberté, l’hymen peut être suffisamment souple et élastique pour permettre des rapports sexuels complets sans déterminer de lésion traumatique."

     

    En définitive « L’hymen sépare le vagin de la vulve mais au therme de sa croissance, il est possible que l’hymen disparaisse… De plus il peut être élastique et se laisser pénétrer sans se rompre. » tout comme il peut également se rompre sans causes spécifiques.

     

    Toutes les personnes sont différentes, il est donc normal d’avoir, d’une femme à l’autre, un hymen différent. Pour autant, votre différence n’interfère pas dans votre vie quotidienne ou sexuelle.

    • l'hymen imperforé, rare, diagnostiqué à la naissance et nécessitant une incision chirurgicale pour permettre l'écoulement ultérieur des règles ;
    • l'hymen pratiquement inexistant ;
    • l'hymen annulaire (le plus courant, avec un orifice circulaire de diamètre variable) ;
    • l'hymen "complaisant" très élastique, qui se déchire facilement sans saigner ;
    • l'hymen microperforé (obstruant presque entièrement le vagin, ce qui rend l'utilisation de tampons difficile) ;
    • l'hymen labié (avec une fente mince horizontale ou verticale) ;
    • l'hymen cribriforme (percé de plusieurs petits orifices).

     

    L’Hymen ne se rompt pas…

     

    Pour beaucoup de personnes et plus particulièrement dans certaines cultures, la rupture de l’hymen signifie qu’une personne a été déflorée. Cependant, il est  désormais de notoriété public, que certaines n’ont pas d’hymen, que l’hymen peut se rompre à n’importe quel moment de la vie ou peut ne pas se rompre du tout.

     

    D’ailleurs « l’Hymen ne se rompt pas » à proprement parler. C’est erroné de le penser car, en réalité, lors d’une première pénétration vaginale, rien ne se rompt. « C'est simplement la taille de l'orifice au centre de la membrane qu'est l'hymen qui peut se modifier en fonction de la souplesse qui varie en fonction des femmes. »

     

    Les Saignements ou la Douleur ne viennent pas de l’Hymen…

     

    Lorsque l’on parle de douleurs ou de saignements lors de la pénétration vaginale, il est une fois de plus erroné d’associer cette réaction à l’hymen car la douleur fait son apparition dans plusieurs cas :

    Autant de possibilités que de positions. En outre, le saignement peut également faire son apparition dans plusieurs cas de figure, dont celui de la sécheresse vaginale par exemple.

     

    Prenons l’exemple de votre visage… Ok ? Admettons que vous avez une peau sèche qui desquame. Si vous gommez, vous allez voir avoir des tiraillements, des rougeurs ou encore des douleurs. Si vous grattez la peau parce que la desquamation vous démange, vous allez aussi avoir des douleurs. Il faudra donc hydrater et nourrir en profondeur avant d’avoir une peau de bébé. Maintenant imaginez que votre vulve fonctionne de la même manière que votre visage. Si vous tentez une pénétration sans prendre soin de votre vulve (Lubrification, Nutrition, Hydratation), vous allez irriter votre peau, ce qui entrainera des douleurs ou des saignements.

     

    En conclusion, ce qui va permettre une pénétration vaginale plus ou moins agréable, c’est surtout la lubrification (qu’elle soit naturelle ou à base de lubrifiant), la douceur de votre partenaire mais également la longueur des « préliminaires » car plus vous faites monter l’excitation, plus vous allez lubrifier de façon naturelle.

     

    Ce qui fait également qu’une pénétration vaginale est plus ou moins agréable c’est le temps et l’expérience. Il est normal de ne pas être tout à fait à l’aise au début, de ne pas apprécier plus que ça, de ressentir une petite gêne, etc. Car c’est une partie de notre corps encore peu expérimentée et on ne peut pas maitriser un sujet qu’on ne connait pas encore…

     

    Idées Reçues…

     

    Toutes ces idées reçues, sont à l’origine de ce qu’on appelle le « test de virginité ». En effet, dans certaines cultures, on exige qu’un examen gynécologique soit réalisé sur les jeunes femmes, avant le mariage par exemple, pour vérifier que l’hymen est « toujours » intact.

    C’est un examen gynécologique perçu, bien souvent, comme une violation de son intimité car même si on insère pas de spéculum dans votre vagin, on se permet de regarder votre entre jambe comme s’il ne vous appartenez plus.

    Ce « test de virginité » est une source de stress avant, pendant et après le mariage, ce qui joue forcément sur votre libido et sur votre plaisir sexuel lors de la pénétration vaginale.

    Ce « test de virginité » est une telle source de stress qu’il arrive que certaines femmes procèdent à  l'hyménoplastie et l'hyménorraphie. Ce sont deux types d’opérations en vue de « reconstruire » l’hymen.

    Les personnes qui le font, agissent pour éviter une pression sociale telle que des remontrances ou encore un rejet familiale ou social. Cependant, elles ne savent pas  l’impact psychologique que cela peut avoir sur leur vie sexuelle…

     

    Au même titre que « le test de virginité » il existe « le test du draps rouge » qui consiste à vérifier que l’hymen a bien été perforé en laissant une trace de sang sur les draps. Toutefois, comme dit plus haut, le sang n’est pas du tout dû à l’hymen perforé mais plutôt à un manque de lubrification.

    C’est un « test » perçu comme intrusif car après avoir fait l’amour avec votre partenaire, vous êtes observée, vous et votre literie, et vous êtes jugée comme si une trace de sang était représentative de la personne que vous êtes aux yeux de la société… Ce « test du draps rouge » est donc une nouvelle source de stress avant, pendant et après, car au lieu de vous concentrer sur le moment présent, vous aurez tendance à prier pour que le sang s’écoule, ce qui joue forcément sur votre libido et sur votre plaisir sexuel lors de la pénétration vaginale.

     

     En conclusion, il n'y a pas de réels moyens de prouver la virginité d'une femme si ce n'est d'effectuer un prélèvement, effectué par un gynécologue, pour vérifier d'éventuelle traces de sperme ou d'éventuelles lésions (de par une brutalité ou de par un manque de lubrification).

     

    Conseil @Secretsdegeishaa

     

    • L’Hymen ne signifie RIEN !! Faites lire cet Article à vos proches ;
    • Utilisez un bon Lubrifiant à base d’eau ;
    • Appliquez un Baume Nourrissant (matin et soir sur votre vulve) ;
    • Soufflez & Prenez du PLAISIR !

     

    Article rédigé par @Ingredientsdebonheur pour @Secretsdegeishaa.

    Voir plus
    Utérus Rétroversé | Secrets De Geishaa

    Utérus Rétroversé

    L’utérus rétroversé est un therme que l’on entend assez fréquemment surtout quand une femme ressent une douleur lors de la pénétration dans le bas ventre ou lorsqu’elle à des règles douloureuses mais malheureusement, peut savent réellement ce que c’est. 
    Voir plus
    17 résultats