Octobre Rose – Secrets De Geishaa
{{amount_with_comma_separator}}€ EUR

Votre panier

  • Livraisons en France sous 48h jours ouvrés après traitement de la commande. Livraison en Europe 72h ( colissimo ) livraisons partout dans le monde.
Octobre Rose

Octobre Rose

  • octobre 07, 2020
  • Posté par : Morgane
  • 0commentaires

Pour commencer, le mois d’octobre met à l’honneur toutes les femmes qui se sont battus, qui se battent et qui se battront pour lutter contre le cancer du sein.

Ensuite, ce mois met à l’honneur les personnes qui se battent pour que les recherches médicales et scientifiques évoluent mais également pour que l’information et la sensibilisation soient diffusées et puissantes.

Enfin, pour terminer, ce mois d’octobre permet de réunir les fonds nécessaires pour aider et soutenir les chercheurs et les soignants.

 

 

QU’EST-CE QUE LE CANCER DU SEIN ?

 

Le cancer du sein est un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et se rassemblent en vue de former une masse appeler « tumeur ».

Ces tumeurs vont ensuite évoluer, de différentes manières, d’une femme à l’autre. En effet, certaines vont évoluer très rapidement, tandis que d’autres vont évoluer très lentement. Ces cellules vont soit rester dans le sein soit décider de migrer dans les organes proches. Les cellules qui décident de se propager dans les organes autour du sein s’appellent les métastases.

 

Le cancer du sein met, quoi qu’il en soit, quelques mois voir même quelques années à se développer.

 

Lorsqu’une anomalie est constatée lors d’un palpé mammaire ou lors d’une consultation auprès de votre généraliste ou auprès de votre gynécologue, c'est l'examen anatomopathologique des tissus prélevés au niveau de l'anomalie qui établit le diagnostic de cancer du sein. Ce prélèvement au niveau de l'anomalie est le plus souvent réalisé par micro ou macro biopsies à travers la peau.

 

Différents types de traitements peuvent être proposés pour combattre le cancer du sein :

  • la chirurgie,
  • la radiothérapie,
  • l'hormonothérapie,
  • la chimiothérapie
  • les thérapies ciblées.

 

Il arrive quelque fois qu’un seul de ces traitements soit suffisant pour l’éradication de ce cancer, mais il arrive aussi très fréquemment qu’on soit obligé d’allier plusieurs de ces traitements pour maitriser au mieux la maladie.

 

Le traitement est, quoi qu’il arrive, personnalisé en fonction de votre situation. En effet, après une assemblée de concertation pluridisciplinaire, les médecins vous convoquent et vous proposent le traitement le plus adapté.

 

Ces traitements peuvent avoir des effets secondaires mais la prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic, pendant et après les traitements (soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur).

QUELS AUTRES CANCERS PEUVENT CONCERNER LES FEMMES ?

 

Hormis les cancers généraux qui peuvent concerner l’ensemble des femmes ou des hommes parce qu’ils touchent les organes, les os ou directement le sang, les femmes peuvent être sujettes aux cancers suivants :

  • Cancer du Col de l’Utérus
  • Cancer des Ovaires

 

  • Cancer du Col de l’Utérus :

 

Pour commencer, le col de l’utérus est la partie basse et étroite de l’utérus. Le cancer du col de l’utérus est donc une maladie qui se situe sur le tissu qui recouvre le col de l’utérus.

 

Ce cancer provient généralement d’une infection persistante par un virus qui se transmet par voie sexuelle.

Lorsque ce virus s’installe au niveau du col de l’utérus, il peut provoquer des lésions de l’épithélium autrement dit des lésions cancéreuses. Malgré cela, il est rare que ces lésions évoluent vers un cancer surtout qu’un cancer apparait généralement 10 à 15 ans après l’infection persistante par le virus.

 

Les femmes procèdent au frottis, qui est un prélèvement de cellules au niveau du col de l’utérus, lors de leur suivi gynécologique. Ce frottis va permettre à toutes ses femmes de détecter d’éventuelles anomalies. Si le gynécologue n’est pas satisfait des analyses effectuées, il pourra demander des examens complémentaires.

Pour établir le diagnostic, des prélèvements (biopsies ou conisation) sont réalisés au niveau des lésions. C’est l’examen anatomopathologique de ces prélèvements qui confirme le diagnostic de cancer du col de l’utérus. L’étendue de la maladie est ensuite déterminée grâce à des examens d’imagerie et en particulier par une IRM du pelvis.

Vous pouvez également demander une consultation auprès de votre gynécologue ou de votre généraliste si des symptômes anormales apparaissent en dehors de vos visites de contrôle.

 

Le plus souvent c’est la chirurgie qui est pratiquée en vue de vous retirer l’utérus, des organes voisins si nécessaire et les ganglions lymphatiques. Cette chirurgie est pratiquée lorsque les tumeurs se sont arrêtées au col de l’utérus et ne dépassent pas les 4cm de diamètre.

Lorsque les tumeurs vont au-delà du col de l’utérus et dépassent les 4cm de diamètre on préconisera plutôt une radiothérapie externe, une curiethérapie et une chimiothérapie.

Mais il peut arriver, malheureusement, que le cancer touche des organes voisins ou éloignés. On parlera alors de métastases et on procédera à une une chimiothérapie et/ou une radiothérapie

 

Pour terminer, comme pour le cancer du sein, le traitement est, quoi qu’il arrive, personnalisé en fonction de votre situation. En effet, après une assemblée de concertation pluridisciplinaire, les médecins vous convoquent et vous proposent le traitement le plus adapté. Toujours comme pour le cancer du sein, ces traitements peuvent avoir des effets secondaires mais la prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic, pendant et après les traitements (soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur).

 

 

  • Cancer des Ovaires :

 

L’ovaire est constitué de tissus de différentes natures, plusieurs types de cancers peuvent donc s’y développer.

 

Les tumeurs les plus fréquentes sont les tumeurs épithéliales qui se développent aux dépens de la couche de tissu qui enveloppe l’ovaire. On parle alors d’adénocarcinome.
Ces adénocarcinomes représentent 90 % des tumeurs de l’ovaire. Parmi les tumeurs épithéliales certaines sont dites « borderline », c’est- à-dire qu’elles ont une forme intermédiaire entre les tumeurs bénignes et les tumeurs malignes. En dehors des tumeurs épithéliales, il existe également des tumeurs plus rares qui affectent le stroma (le tissu qui entoure les ovules situés dans l’ovaire) ou les cellules germinales (qui sont les cellules situées à l’intérieur de l’ovule).


Enfin, le cancer peut être soit localisé à l’ovaire, soit étendu à des organes de voisinage, dans l’abdomen (intestin, utérus, trompes, vessie, foie, rate) ou encore disséminé à travers la circulation sanguine ou lymphatique et alors affecter d’autres organes plus distants. On parle alors de métastases à distance (au foie ou au poumon par exemple).

 

Ce cancer peut mettre du temps à être diagnostiqué car il envoie peu de signaux au début de son évolution. Il est donc souvent diagnostiqué à un stade un peu évolué, lorsque l’ovaire à un volume important et que les organes voisins sont comprimés.

 

Les premiers symptômes faisant leurs apparitions sont des ballonnements, des douleurs dans le bas ventre, des troubles digestifs, des envies fréquentes d’aller uriner, une perte de poids ou encore une fatigue chronique.

 

Pour constater qu'il y a bien une anomalie ou non, on commencera par un examen gynécologique suivi d’une échographie vaginale puis d’une prise de sang. Votre gynécologue pourra ensuite demander des examens complémentaires comme un IRM ou un scanner en vue de mesurer la taille de la tumeur et de vérifier si les ganglions lymphatiques ainsi que les organes voisins sont touchés ou non.

En revanche, ce n’est que lors de la chirurgie que les médecins pourront constater si cette tumeur est bien cancéreuse.

 

La chirurgie est donc malheureusement indispensable en cas de tumeur. Si les cellules sont bien cancéreuses on procédera à l’extraction des ovaires et parfois même des trompes de Fallope et de l’utérus. Cela ne dépendra que de l’étendu du cancer.

 

Les médecins peuvent aussi pratiquer une chirurgie conservatrice, en fonction de l’âge de la patiente et de son désir d’enfant, mais ce n’est envisageable que si la tumeur est peu évoluée. Cette chirurgie consiste donc à n’enlever que l’ovaire touché et à conserver un ovaire, un trompe de Fallope et l’utérus.

 

Ensuite, il faut savoir que la chirurgie peut se suffire à elle seule si le cancer est peu évolué. Cependant, si les médecins estiment que la tumeur est trop étendue, ils proposeront une chimiothérapie avant de procéder à la chirurgie.

 

Malheureusement, les traitements du cancer de l’ovaire sont en pleine progression, ils ne sont pas encore aussi « élaborés » que pour le cancer du sein ou le cancer du col de l’utérus. En effet, les traitements actuels du cancer de l’ovaire progressent grâce au développement de nouvelles molécules complémentaires de la chimiothérapie. Les traitements anti-angiogéniques (qui bloquent la croissance des vaisseaux autour de la tumeur et « l’affament ») ou d’autres traitements thérapeutiques dits ciblés offrent une nouvelle option. Une radiothérapie peut aussi être indiquée après la chirurgie pour certaines patientes, mais plus rarement que la chimiothérapie.

 

Ces traitements peuvent avoir des effets secondaires.

En effet, ces traitements peuvent provoquer une ménopause précoce et tous les inconvénients qui l’accompagnent tels que l’infertilité, les bouffées de chaleurs, les sueurs, les troubles de l’humeur et du sommeil etc…

 

Pour terminer, une prise en charge globale peut être effectuée sur la demande de la patiente.

 

Conseils @Secretsdegeishaa :

 

  • Allez voir son gynécologue pour des visites de contrôle au moins une fois par an.
  • Allez voir son gynécologue si vous constatez des anomalies.
  • Prendre le temps de prendre soin de soi.

 

Ecrits par @Ingredientsdebonheur pour @Secretsdegeishaa 

Laissez un commentaire